L’effet renversant de SAJ et un vote quasi discipliné de l’électorat, caractérisé par le slogan Vire Mam à travers les 20 circonscriptions sont sur le point de générer un tsunami politique. Les dirigeants de l’alliance PTr/MMM, en l’occurrence le Premier ministre et leader du Labour Navin Ramgoolam et le leader du MMM Paul Bérenger, sont donnés en ballottage défavorable lors des premières étapes du dépouillement du jour alors que les Safe Seats de ces deux partis politiques sont littéralement malmenés par le challenger de l’Alliance Lepep au tout début du dépouillement. Avec ces premières tendances, tout semble indiquer que l’Alliance Lepep pourrait se retrouver avec une majorité de  50 sièges au sein de la prochaine Assemblée nationale, infligeant ainsi au MMM l’une de ses plus cinglantes défaites électorales. La dernière tendance à 14 heures 30 est une majorité de 45 contre 15, qui pourrait évoluer jusqu’à la proclamation officielle des résultats. De son côté, à 13h30, Navin Ramgoolam quittait le centre de dépouillement de Triolet/Pamplemousses en évitant de faire de déclaration à ce stade, indiquant qu’il était encore « trop tôt ».
De son côté, c’est un leader de l’Alliance Lepep tout en confiance à son arrivée au Counting Centre de Piton/Rivière-du-Rempart (No 7) qui a maintenu son pronostic au sujet d’une « éclatante victoire » sur l’alliance PTr/MMM. Il va même jusqu’à prévoir « ki aster li paret plis ki 40/20 », ajoutant : « Siklonn pe gagn en momentum. » La conséquence directe de cette hécatombe en devenir constituerait un cuisant échec au projet de IIe République et de partage des pouvoirs entre le Président de la République élu au suffrage universel et le Premier ministre.
Les premières indications quant à cet éventuel tsunami politique dans le sillage de ces élections ont surgi dès l’ouverture des urnes recelant les bulletins de votes dans les différentes circonscriptions de l’île. Pour les agents ou représentants des candidats de l’alliance PTr/MMM, les tendances préliminaires alors que les officiels de la Commission électorale classaient les bulletins de vote par lots de 100, étaient des plus catastrophiques. Exemple à Flacq/Bon-Accueil (No 9), où le vice-Premier ministre et ministre de l’Infrastructure publique Anil Bachoo ne confirmait nullement la suprématie de ce dernier.
Pire encore : la confiance affichée à la clôture des bureaux de vote hier après-midi par Rama Sithanen, dans la circonscription de Rivière-des-Anguilles/Souillac (No 13), a fondu comme neige au soleil au fil des premières procédures pour le dépouillement. Initialement, il avait indiqué à ses proches que la lutte était serrée. Mais lors des premiers décomptes de voix, le Shadow Finance Minister de l’alliance PTr/MMM se laissait distancer par les trois candidats de l’Alliance Lepep, en l’occurrence Manish Gobin, Menon Murday et Bashir Jahangeer.
La situation est sensiblement la même à Vieux-Grand-Port/Rose-Belle (No 11), où Arvin Boolell, qui n’a fait qu’aligner des victoires électorales successives depuis 1987, se trouvait en difficultés avec une 4e position derrière Mahen Serruttu, Sandya Boygah et Prem Koonjoo, de l’Alliance Lepep. La question qui se pose dans la conjoncture est de savoir si, d’ici la proclamation officielle des résultats en fin de journée, Arvin Boolell fera exception à la tendance générale avec des candidats de l’alliance PTr/MMM emportés par la « vag sanzman ».
Toutefois, les développements incontournables de ce scrutin sont intervenus dans deux circonscriptions urbaines, qualifiées jusqu’à la veille des élections générales de bastions du MMM, soit Stanley–Rose-Hill (No 19) et Beau-Bassin–Rose-Hill (No 20). Le chef de file de l’alliance PTr/MMM au No 20, Paul Bérenger, pointait en 4e position, soit derrière Ivan Collendavelloo, leader du Muvman Liberater. Rajesh Bhagwan, qui s’est fait élire sans exception depuis 1983, se battait pour se retrouver parmi les trois élus du No 20 face à Anil Gayan et Alain Aliphon.
À Piton–Rivière-du-Rempart (No 7), aucune contestation quant à la victoire des candidats de l’Alliance Lepep, soit sir Anerood Jugnauth, Vishnu Lutchmeenaraidoo et Ravi Rutnah (voir sa déclaration plus loin ce matin au centre de dépouillement de la circonscription). Autre victoire incontestable : celle des candidats de l’Alliance Lepep au No 15 avec le candidat de l’alliance PTr/MMM, Raffick Sorefan, concédant la défaite face au candidat Showkutally Soodhun.
En début d’après-midi, la tendance, dans la majorité des circonscriptions – à l’exception de Port-Louis Maritime/Port-Louis Est (No 3), où deux candidats de l’alliance PTr/MMM (Shakeel Mohamed et Adil Ameer Meea) conservaient leurs chances, à GRNO–Port-Louis Ouest (No 1), avec Veda Baloomoody luttant pour conserver son siège, et Savanne–Rivière-Noire (No 14), avec Alan Ganoo et Joe Lesjongard gardant leurs chances de se faire lire et au  No 13, Zouberr Joomaye livrant une lutte farouche et au No 20 avec Rajesh Bhagwan en position favorable ou encore Reza Uteem et Osman Mohamed au  No 2, Paul Bérenger remontant à la troisième place et au n o 18 Navin Ramgoolam donné inofficiellement en deuxième position au No 5– est nettement en faveur des candidats de l’Alliance Lepep… en attendant bien entendu la confirmation officielle lors de la proclamation des résultats !