« En moins d’un an à Maurice, j’ai vu autant de cancers de la peau qu’en 15 ans à Bruxelles. » Tel est le constat du Dr Christine Schoutens, dermatologue à la clinique Fortis Darné. Elle répondait aux questions du public dans le cadre d’une des causeries organisées par la clinique sur divers sujets de l’actualité médicale. Le thème choisi mercredi était “Le soleil, les avantages et les inconvénients sur la peau”. La dermatologue a abordé une kyrielle de questions sur le sujet et devait souligner que si « le soleil aide à absorber le calcium et le phosphore à travers la vitamine D », il présente plus d’inconvénients que d’avantages.
Dans certains pays comme l’Australie, a expliqué le Dr Schoutens à une causerie à la clinique Fortis Darné mercredi, l’exagération de la campagne anti-UV a eu pour effet que des enfants ont souffert de rachitisme, causé par un manque de calcium dans les os. Pour qu’un enfant ne soit pas rachitique, selon le Dr Schoutens, cinq minutes de soleil par jour suffisent. « Mais il ne faut jamais exposer un enfant à midi tout nu », tempère-t-elle aussitôt. Outre le bienfait du soleil dans l’absorption du calcium, les UV peuvent aussi être utilisés en guise de traitement pour de nombreuses pathologies, telles l’eczéma ou le psoriasis.
Mais le soleil a plus de méfaits que de bienfaits. Le Dr Schoutens explique : « Le soleil est la première cause de cancérologie sur la peau blanche. Sur la peau plus foncée, le soleil peut faire apparaître des taches, de l’acné. » En gros, moins la peau est exposée au soleil, moins vite elle vieillira. « La meilleure protection est la protection physique, c’est-à-dire d’éviter de s’exposer pendant les heures chaudes, soit entre 11 h et 15 h. » La dermatologue conseille en outre le port de la casquette à l’école et la crème solaire avant d’y aller, « surtout si on a la peau claire, qui est plus facilement traversée par les rayons ultraviolets ». Quant aux peaux plus foncées, « la mélanine fait un effet de barrière et donc protège contre les UV ».