Nous sommes arrivés au dernier jour de l’année et les Mauriciens, comme les habitants du monde entier, s’apprêtent à accueillir le premier jour de 2014 en faisant la fête. Que ce soit entre amis, entre voisins ou en famille, des Mauriciens nous parlent de la préparation de « la dernière soirée 2013 ».
« Cela fait des mois que nous avons préparé une soirée pour le 31 décembre, qui se déroulera sur la plage. Nous allons mettre de la musique et des lumières. Cette fête est très importante pour nous car c’est la fête que l’on attend tout le long de l’année. Nous allons beaucoup boire et faire la fête jusqu’à 7 h du matin. Ca va être la folie. Bien sûr, nous somme conscients qu’il ne faut pas jouer avec la sécurité, ne pas rouler quand nous avons bu etc…. C’est pour cela que nous avons loué des vans qui ramèneront les gens chez eux après la fête », nous explique Jérôme, un jeune habitant de Tamarin. L’heure est également aux préparatifs chez les femmes : coiffeur, maquillage, tenue de soirée… Pour le 31, certaines ont recours à toutes les folies : « Pour le 31 j’ai fait faire une robe très “soirée” que je ne porterai peut-être qu’une seule fois. La soirée de la saint Sylvestre est la seule fête où l’on peut se permettre toutes les extravagances telles que des robes de soirée, des coiffures osées et de grands talons ! Pour ma part j’ai eu beaucoup d’invitations mais j’ai choisi d’aller à un bal masqué car ils sont rares et c’est l’occasion d’être dans une fête différente. J’irai avec mes copines afin de fêter cela entre filles », nous explique Aurélie. Pour les jeunes la fête s’annonce corsée !
« Chez nous, le nouvel an se fête entre voisins », nous explique pour sa part Richard, un habitant de Vacoas. « Chaque année, tous les voisins de notre rue se réunissent chez l’un d’entre nous pour accueillir la nouvelle année. L’année dernière, c’était chez moi ». Ce trentenaire nous explique que depuis au moins neuf ans, cette fête entre voisins est devenue une vraie tradition. « Après la Noël, nous nous réunissons pour décide du déroulement de la soirée. A partir de là, chacun connaît la tâche à être exécutée et ce qu’il y a à apporter pour manger et pour le barbecue. Pour la viande à griller, nous passons une commande que nous allons récupérer la veille de notre soirée pour la mariner. Les femmes, de leur côté, préparent la salade et les petits “gajak” et comme boissons nous préparons plusieurs cocktails avec et sans alcool à cause des enfants. Même nos enfants participent : nous avons droit, chaque année, à des petits spectacles pour rigoler. Avec une bonne musique d’ambiance et nos pétards, nous sommes prêts à accueillir l’année 2014. Chez nous, la fête peut durer jusqu’au moins cinq heures du matin ».
Michelle, de Rose-Hill, nous raconte que pour elle, cette année, comme à chaque fois, le nouvel an se passera en famille. « Mes enfants et mes petits-enfants viennent à la maison chaque année pour partager ce moment spécial. En principe, je prépare le repas et ce sont mes enfants qui s’occupent de la boisson et du dessert. Au menu, chez moi, il y aura de la salade, un repas à l’italienne, accompagné d’une bonne glace à cause de la chaleur. D’habitude nous dînons dans la cour avec la chaleur mais cette année, avec le temps qui va sûrement se gâter, nous allons le faire sur la terrasse. Après une certaine heure, mes gendres et mon mari prennent leurs ravannes, triangles et djembés pour lancer un ti séga et mes cinq petits-enfants se mettent à danser. Mes filles et moi nous chantons ». Pour Michelle, les pétards ont une place primordiale lors de cette soirée. « Nou finn aste boukou petar sa lane la, tanto kan nou pou fete, se bann zanfan ek zot papa ki pou sonn bann petar e se mo mari ki pou sonn kanon la, se nou fason akey lane la en bote. Kan nou fini klat bann petar la nou pran enn ti la sante, lerla bann zanfan al dormi et nou sey kontinie ek nou la sware. Ena fwa nou zoue kart ou bien domino tou ».
Du côté de la police, qui est toujours sur la brèche le soir du 31 décembre, on assure qu’une politique de « zéro tolérance » sera de mise sur les routes et que toute les dispositions ont été prises afin de n’enregistrer aucun accident.