Ça y est. Les derniers meetings ont eu lieu et la campagne électorale pour les troisièmes élections régionales de Rodrigues a été clôturée hier soir. Dans la matinée les 28 600 bulletins de vote destinés aux 27 776 électeurs de Rodrigues sont arrivés par avion. C’est sous forte escorte policière qu’ils ont été transportés aux postes de police de la Ferme et de Port Mathurin d’où ils seront transférés à leurs bureaux de vote respectifs, tôt dimanche matin. Sont également arrivés hier matin les effectifs de la Commission électorale qui organisent ces élections. Le nombre de policiers a été augmenté avec l’apport de renfort de Maurice, de même que le nombre de membres de la NIU. Plus qu’à Maurice, on les reconnaît malgré leurs déguisements vestimentaires et leurs faux airs de touristes qui marchandent le prix des chapeaux de paille sans jamais les acheter.
À la sortie de Port-Mathurin, l’OPR a fait poser un poster géant de Serge Clair qui, selon les mauvaises langues – surtout celles du MR — date des élections de 2002. Même si le candidat est beaucoup plus jeune sur la photo que dans la vie, ce poster attirait l’attention. Pour réduire son impact, le MR l’a déplacé de quelques mètres pour installer à sa place stratégique des posters et des affiches vertes. Dont une très grande invitant les électeurs à voter pour Nicolas Von Mally et Christian Léopold… qui ne sont pas candidats à cette élection. Il s’agit d’une affiche plastifiée qui date des élections législatives de 2010. Comme quoi à Rodrigues rien n’est jeté, tout est recyclé. Même les politiciens. C’est ainsi qu’Arlette Perrine Bégué pose dans la région 3 où elle s’était fait élire en 2006 en battant Willy Auguste. Elle était alors OPR et lui représentait le MR. Pour la présente élection Arlette Perrine Bégué et Willy Auguste sont encore adversaires, mais dans des camps différents. Mme Perrine-Bégué pose pour le MR tandis que Willy Auguste est retourné à l’OPR dont il est le chef de campagne pour le numéro 3. Le plus amusant c’est que dans les meetings OPR, Arlette Perrine Bégué est qualifiée de « transfuge » tandis que Willy Auguste est accueilli comme « l’enfant prodigue » alors que pour le MR il est un « vendu » et elle une « femme de qualité ». Comme quoi en politique une même action peut avoir deux interprétations totalement opposées.
À son dernier meeting à La Ferme hier le MR a alterné comme d’habitude discours et chansons. Serge Clair a été la cible principale des orateurs : de son âge avancé à sa manière de fonctionner comme un “dictateur” en passant par son conservatisme d’un autre âge. Sans oublier sa propension à se prendre pour un prophète. Les ex-OPR, qui ont rejoint le MR, se sont donnés à coeur joie pour dénoncer et ridiculiser Serge Clair. L’un des autres arguments répétés au cours de ce meeting est qu’il fallait voter pour le MR parce que le parti avait fait des arrangements avec le gouvernement de Maurice. Selon plusieurs orateurs le gouvernement central n’attend que la victoire des verts pour financer les douze points de son programme qu’il a déjà accepté. On a même entendu un orateur annoncer « si ou oule gouvernement mauricien faire dilo koul dans ou robinet ou bizin vot ti bato ». Le plus étonnant c’est que cette annonce a été chaudement applaudie. Dans les deux autres derniers meetings l’OPR et le FPS ont sévèrement dénoncé les liens – certains mêmes ont parlé de complicité malsaine — entre le MR et le gouvernement de Navin Ramgoolam. Cette proximité a été qualifiée et chez les rouges et chez les blancs de trahison vis-à-vis des Rodriguais et de Rodrigues. De leur côté, les verts ne ratent pas une occasion pour dénoncer ce qui, à leurs yeux, est la véritable trahison de cette élection, une « alliance secrète entre l’OPR et le FPS pour tenter de finir le MR ». Cette accusation est mollement démentie par les leaders et les orateurs des partis concernés.
Curieusement les trois partis se sont mutuellement accusés de tenter de corrompre les électeurs en leur offrant des « ti bagaz » en échange de leurs votes. Ils ont mis en garde les électeurs contre ces bribes électoraux que leurs adversaires sont censés distribuer à grande échelle. Le grand moment de cette distribution devrait avoir lieu dans la nuit de samedi à dimanche, à quelques heures de l’ouverture des centres de vote. Les trois partis ont non seulement mis en garde leurs électeurs contre cette nuit de la grande distribution, mais ont annoncé avoir mis en place des équipes de surveillance pour repousser les donneurs de cadeaux électoraux. Mais cependant, tout en dénonçant les donneurs de « ti bagaz », les trois principaux partis de Rodrigues ont donné le même conseil à leurs électeurs. « Si on vous offre un “ti bagaz” acceptez-le mais ne faites pas ce qu’on vous dit de faire et gardez votre conscience propre et claire. Prenez le “ti bagaz” et votez pour nous. » Question stupide pour terminer ces notes de la campagne rodriguaise : comment peut-on accepter un pot-de-vin tout en ayant la conscience tranquille ?