Le football local est actuellement à son niveau le plus bas

Les années passent et se ressemblent pour le football local. Considéré comme le sport roi partout dans le monde, il n’en demeure pas moins que malgré les sommes astronomiques injectées, il demeure le sport PAUVRE ! Pauvre en terme de résultat, pauvre dans le jeu…un véritable cauchemar éveillé ! Le football a connu des jours sombres mais nous sommes tombés dans les abysses. Et le mal est vraiment très profond. Décryptage.

Bien évidemment, nous allons revenir sur les performances (enfin plutôt les revers) de la sélection nationale de football masculine en 2019. Comment passer sous silence la mauvaise prestation aux Jeux des îles de l’Océan Indien sur nos terres ? Certes, dans la rubrique ‘Déroute de l’année’, nous sommes revenus en long et en large sur la piètre performance lors de ce rendez-vous indianocéanique. Mais il convient de préciser que la médaille d’argent reste une déroute. Incapable de s’imposer au terme du temps règlementaire (90 minutes), le Club M a connu une campagne poussive pour se hisser jusqu’en finale, avant de la perdre. Autant dire que malgré tout le respect que nous avons pour le sélectionneur Akbar Patel (il a quand même porté la génération dorée de 2003 sur la plus haute marche du podium), il n’a pas été à la hauteur des espérances. Le technicien doit assumer ses responsabilités, lui a qui, on se souvient tous, avait été rappelé en tant que pompier de service, pour remettre l’équipe sur les rails. Malheureusement, mission non réussie.

Il a échoué. Sur le plan continental, la donne est la même, et pire encore, il y a eu une HONTEUSE élimination contre Sao Tomé et Principe. En effet, après les JIOI, Maurice espérait se relancer au mois de septembre face au Mozambique dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 2022. Mais il n’en fut rien puisque les coéquipiers de Lindsay Rose s’étaient faits battre au match aller, au stade Anjalay (0-1) avant de s’incliner 2-0 à l’extérieur. S’il relève du miracle de voir Maurice disputer un jour la Coupe du monde, il est toutefois permis au Club M de sortir des prestations plus ou moins satisfaisantes pendant ces joutes. Mais ce fut le néant. Outrageusement dominés dans quasiment tous les compartiments, les hommes d’Akbar Patel ont logiquement bu la tasse.

Mais la goutte d’eau ayant fait déborder le vase, ce fut la sortie prématurée (mais au final somme toute logique) du Club M, lors des qualifications à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2021. Opposé à Sao Tomé et Principe, beaucoup pensé déjà au prochain tour (face au Ghana) n’accordant que très peu d’importance (si ce n’est aucune) à cette modeste sélection. Mais, une fois encore, les locaux sont brutalement descendus sur terre. Se faire éliminer par Sao Tomé….incompréhensible, irréel. Le Club avait essuyé une lourde défaite à domicile sur le score de 3 buts à 1 avant de recourber l’échine, cette fois à l’extérieur, sur le score de 2 buts à 1.

Le foot féminin à la ramasse
Les filles ne sont pas en reste. Les résultats, tant chez les Seniors, U20 et U17 ont été catastrophiques. Lors de la COSAFA U20, l’on retiendra notamment la promenade de santé de la Zambie contre Maurice sur le score, tenez-vous bien de 15 buts à 0. En COSAFA U17, l’Ouganda s’était offert le scalp des locaux par 11 buts à rien. Une fois n’est pas coutume, les larges défaites sur des scores fleuves deviennent une vilaine habitude. Nous sommes en train de devenir (si ce n’est déjà pas le cas), la risée de l’Afrique. Certes, la jeune génération a faim et a envie de montrer des choses, mais en termes d’encadreurs, de dirigeants…pfff, nous sommes très mal barrés !
Le football local va très mal, et ce, à tous les niveaux. Le football local devient de plus en plus transparent, et c’est de mal en pis. Autant dire que si rien n’est fait pour y rémedier, elle continuera à disparaître, pour ensuite s’éteindre. À bon entendeur…