Images d'illustration

Le cancer de la pratique privée continue à ronger les services de santé publique. De ce fait, dans le sillage d’une série de dénonciations avec ordonnances à l’appui, des médecins spécialistes se retrouvent sous stricte surveillance.

Une correspondance en date du 2 mai, adressée à l’Independent Commission against Corruption (ICAC) et au Senior Chief Executive du ministère de la Santé, contient de graves accusations contre une Top Gun et certains de ses collègues pour l’infraction de “carrying out private practive inspite of being given an allowance (Non-Practising Allowance) not to do private practice as thet must be available at any point in time to deal with urgent hospital matters on a 24-hour basis”.

Deux copies d’ordonnance en dates des 6 et 14 avril de cette année sont annexées à la lettre comme preuves tangibles…