Vingt ans d’une histoire riche et tumultueuse. Cassiya a peut-être laissé des plumes sur son parcours, mais il a su conserver son sens du rythme et du spectacle. Cassiya au J&J Auditorium n’efface pas des mémoires le Spectacle St Gilles joué à La Citadelle il y a quelques années. Mais dans l’histoire du groupe, le concert de Phoenix est désormais une date à retenir.
D’abord pour la musique, la participation du public, la qualité du spectacle et toute la magie qui a émergé de ce concert organisé par Culture Events. Ensuite parce qu’il est venu préciser que malgré l’absence de Gérard Louis, d’Alain Ramanisum, de Sylvio Ravina et d’autres, le groupe n’a perdu ni son âme ni son coeur.
Cassiya ne s’est pas réinventé, et continue à faire les choses comme elles ont toujours été appréciées. Pas de prise de risque dans la présentation live de ses standards, joués en version originale. L’occasion pour un public familial venu en masse (ce concert a été joué à guichets fermés) de venir faire la fête avec le groupe autour de titres qui n’ont pris aucune ride.
De 1992 à 2012, Separation (dont l’enregistrement vidéo a été présenté lors du concert) fait toujours le même effet, sans forcément plonger l’auditoire dans un mood nostalgique. Le rythme, le tempo, l’ambiance de ce premier succès de Cassiya demeurent indémodables. Désiré François et ses compagnons ont aussi l’immense avantage de connaître à merveille la sensibilité et les attentes d’un public acquis et conquis, à qui ils ont offert exactement ce que l’on pouvait attendre d’un concert-anniversaire.
Zoizo, Peser, Isi kot nou ete, Tantinn Meme, Travayer… ont rejoint les titres personnels de Désiré François et ceux d’Alain Lafleur pour ce concert qui n’en finissait pas. Georges Armelle, Menwar, Rico Clair et Caroline Jodun se sont également produits en tant qu’invités. Les chanteurs étaient accompagnés par des membres du groupe original et quelques nouveaux venus qui ont finalement bien compris comment Cassiya a construit sa réputation légendaire.
Il est désormais tout à fait légitime d’attendre la sortie prochaine du DVD enregistré durant cette soirée.