Le nouveau Business Model d’Air Mauritius pour faire face à la crise dans le secteur de l’aviation commerciale a été au centre des discussions avec une délégation de haut niveau menée par le PDG du groupe Air France/KLM Jean Cyril Spinetta, qui est accompagné de Dominique Patry, directeur des Affaires internationales, et d’Alain Malka, directeur général Caraïbes et océan Indien du même groupe. Au cours d’un séjour de 24 heures, cette délégation, qui a eu des séances de travail avec la direction générale d’Air Mauritius, a été reçue pour des consultations par le Premier ministre Navin Ramgoolam et le vice-Premier ministre et ministre des Finances Xavier-Luc Duval hier après-midi.
Le déplacement de cette mission de haut niveau d’Air France s’inscrit dans le cadre des échanges entre les deux compagnies aériennes engagées dans un partenariat stratégique sur un des plus importants secteurs desservis par Air Mauritius, soit l’Europe. Les discussions d’hier font suite à celles qui ont eu lieu en janvier à Paris sur l’état de la situation de la compagnie aérienne nationale face à la crise et les mesures envisagées.
De sources proches de l’hôtel du gouvernement, l’un des dossiers abordés entre la délégation d’Air France et le gouvernement concerne l’éventualité d’un partenariat stratégique renforcé entre les deux compagnies aériennes dans cette conjoncture de crise. Les deux parties se sont félicitées du parcours réalisé depuis 1998 avec la signature du premier accord entre Air France et Air Mauritius et sa reconduction en 2008. Elles se sont penchées sur les options de partenariat renforcé avec le gouvernement dans l’attente de prendre connaissance des détails de cette formule sous forme d’apport financier et stratégique.
Un renforcement de la présence d’Air France au sein d’Air Mauritius pourrait se traduire par une augmentation de sa participation au capital. Dans cette perspective, des changements ne sont pas à écarter au niveau de la composition du conseil d’administration pour mieux représenter la nouvelle configuration au niveau de l’actionnariat. De ce fait, ces sources ont tenu à mettre sur le compte du rumour mill le fait que d’importants changements au plus haut niveau du Board allaient intervenir d’un moment à l’autre.
« Le groupe Air France/KLM, qui entretient d’étroites relations avec Air Mauritius, vient de prendre connaissance de la mise en place des éléments constituant le nouveau Business Model. L’arrêt de la desserte de la compagnie aérienne nationale sur des destinations comme Milan, Genève ou Francfort aura des répercussions sur la desserte de Paris transformée en hub pour les passagers d’Air Mauritius. Il y a encore le programme de réduction de coûts envisagé ou encore celui pour améliorer la qualité du service à bord d’Air Mauritius. Toutes ces questions sont abordées », ont indiqué des sources officielles et concordantes au sein de la compagnie aérienne en fin de journée d’hier. Mais elles se sont gardées de commenter le volet de tout éventuel partenariat stratégique car cette affaire ne relève que des prérogatives des actionnaires de la compagnie.
La délégation du groupe Air France/KLM a également montré un intérêt quant à la décision d’Air Mauritius de procéder à un renouvellement de sa flotte avec des aéronefs beaucoup plus fuel-efficient que des types d’appareils actuellement en exploitation. Il ne fait aucun doute qu’au moment approprié, la question de choix des appareils fera l’objet de concertations entre les partenaires.
Un communiqué officiel émis par Air Mauritius hier après-midi indique que « cette visite s’insère dans le partenariat Air France/Air Mauritius. Monsieur Spinetta a eu une séance de travail avec les responsables d’Air Mauritius. Les deux parties ont passé en revue la situation de l’industrie du transport aérien et ont fait un point d’étape sur leur partenariat. Elles ont évoqué les initiatives prises/à prendre pour faire face aux défis auxquels sont confrontés les deux compagnies. »
Outre les réunions de travail à l’hôtel du gouvernement, la délégation du groupe Air France/KLM prévoyait de rencontrer des responsables au niveau de l’administration publique aussi bien qu’avec des acteurs économiques, dont ceux de l’industrie touristique.
D’autre part, la nervosité gagne les tour-opérateurs italiens avec la décision d’Air Mauritius d’abandonner à partir de juillet prochain toute desserte sur Milan. Pas moins d’une douzaine de compagnies assurant le marketing touristique de Maurice en Italie, dont Best Tour, Viaggidea, Hotelplan Italia ou encore Kuoni Italia, ont pris l’initiative d’écrire officiellement au ministre du Tourisme Michaël Sik Yuen et au président de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA) Robert Desvaux pour tenter de renverser cette décision de la compagnie aérienne, avec un report de la décision de juillet à octobre prochain.
« We have asked Air Mauritius to reconsider the decision and keep the flight at least until end of October 2012 plus special flights during periods of peak seasons (summer and winter). We have been informed that even this proposal is declined. No more possibilities are therefore in our hands in order to change the drastic decision of Air Mauritius », font ressortir les représentants des tour-opérateurs en rappelant que dans des moments difficiles, comme après le tsunami ou en pleine crise du chikungunya, ils ont déployés les efforts nécessaires pour promouvoir la destination de Maurice.
« We now see all our efforts frustrated and compromised. Needless to say that Mauritius will face a heavy drop on tourist arrivals due to the stop of operation of Air Mauritius. Since many years Mauritius is a leading destination on the Italian market and still is despite the latest difficult times. We wonder if, by cancelling direct flights, all parts involved in Mauritius are fully aware about the decline of Mauritius as touristic destination. We wonder if everybody is resigned to accept the strong damage of the country also in terms of economic incomes due to the huge loss that this decision will definitely bring with itself », font-ils encore ressortir en rappelant que l’Italie constitue un potentiel de 60 000 passagers annuellement.
Les tour-opérateurs italiens regrettent l’absence de réaction de la part du ministre du Tourisme ou encore de la MTPA suite à la décision de la compagnie aérienne de cesser toute desserte en Italie en juillet alors que les brochures touristiques disponibles sur ce marché fait état de connexions aériennes jusqu’en octobre 2012.