Après une première séance d’interrogatoire Under Warning jusqu’à peu avant 22 heures hier, l’ancien Attorney General Me Rama Valayden est retourné aux Casernes centrales en fin de matinée pour la reprise de l’exercice. En parallèle à cette séance de Questioning enregistrée sous caméra dans les locaux de la Major Crime Investigation Team (MCIT), Me Rouben Mooroongapillay, un ancien Junior des Valayden Chambers, a été convoqué formellement, hier après-midi, pour consigner sa version des faits au sujet de son implication professionnelle dans l’enquête sur le détournement de fonds de Rs 80 millions au préjudice de la Bramer Bank dénoncé en août 2011. Une troisième audition, celle du père du banquier Younousse Katoaroo, s’est déroulée quasiment en simultané en vue de reconfirmer sa version des faits versée initialement et d’être confronté à des éléments évoqués par Rama Valayden lors de son interrogatoire hier.
Le Central CID a pris l’initiative de tenir en même temps l’audition des principaux protagonistes dans le volet des honoraires des hommes de loi pour limiter les risques de connivence quant aux réponses à être fournies. Ce qui n’a pas empêché cependant les chantages et dénonciations. Ainsi, selon des recoupements d’informations auprès des sources concordantes et proches de l’entourage de Rama Valayden, ce dernier n’écarte pas la possibilité de s’engager dans une grève de la faim si « une fin n’est pas mise à cette campagne de persécution ».
Cette éventualité aurait été évoquée par le principal concerné hier en marge de la reprise de l’interrogatoire au sujet des dessous de l’affaire d’embezzlement of funds à la Bramer Bank. Toutefois, aucune des sources approchées par Le Mauricien n’a voulu confirmer ou infirmer si cette déclaration de Rama Valayden a été versée dans le dossier à charge compilé par le Central CID.
Un autre élément susceptible d’influer d’une manière ou d’une autre le dénouement de ce high profile case est les derniers développements par rapport au témoignage de Sadek Katoaroo, qui a été entendu pour la troisième fois dans cette affaire. Selon des sources policières, interrogé hier après-midi par des limiers du Central CID, Sadek Katoaroo aurait confirmé ses précédentes déclarations sur le paiement de Rs 2 millions en tranches, soit Rs 1,5 million à Me Rama Valayden et Rs 500 000 en deux tranches à Me Rouben Mooroongapillay.
Promesse d’immunité
Depuis ce matin, une autre version des faits circule cependant à ce sujet. En effet, un enregistrement vidéo d’une conversation engageant Sadek Katoaroo donne une autre perspective, notant le fait que le montant versé aux hommes de loi proviendrait des fonds détournés de la Bramer Bank. « Kan mo garson ti arrêté, li ti dir mwa al get enn avoka. Mo inn aprann ki Me Mooroongapillay enn bon avoka. Mo inn al guette li lakaz », fait comprendre initialement le père de Younousse Katoaroo sur cet enregistrement gravé sur CD.
Répondant à des questions, Sadek Katoaroo fait mention d’une somme de Rs 1,5 million. « Enn partie sa larzan-là, li larzan mo travay », ajoute-t-il avant de formuler des allégations contre des limiers du Central CID. Il aurait soutenu que lors de son rendez-vous aux Casernes centrales, vendredi, une promesse d’immunité de procès en faveur de son fils contre son témoignage incriminant Rama Valayden dans cette affaire de paiements lui aurait été faite.
En cours de matinée, un des proches de Rama Valayden a consigné une déposition au poste de police de Pope Hennessy réclamant une enquête « On Security Matters » sur ces dénonciations de Sadek Katoaroo contre « les méthodes d’enquête alléguées ». Cette affaire est venue compliquer une situation délicate avec pour conséquence que le début de la nouvelle audition de Rama Valayden a dû être retardé avec le principal se mettant à l’ombre d’un des arbres aux Casernes centrales, le temps de permettre aux enquêteurs du Central CID de mettre au point leur stratégie. A 13 heures 30, l’audition de Rama Valayden n’avait pas encore repris.
Lors des quelque 12 heures passées dans des locaux des enquêteurs, hier, Rama Valayden, qui conteste les allégations portées contre lui, a produit une série de documents en vue d’étayer ses dires. Les informations disponibles confirment que l’ancien Attorney General a soumis tout le dossier préparé par la Bramer Bank dans le cadre des procédures en Cour suprême pour l’obtention de Mareva Injunction suite à l’éclatement de l’affaire du détournement de fonds en août 2011.
Position compromettante
Dans ces injonctions obtenues par Bramer Bank en Cour suprême, toute une série de suspects ont été identifiés comme étant des complices et des bénéficiaires de cette fraude suite à un exercice de Forensic Auditing. La thèse avancée par Rama Valayden est que vu que la Bramer Bank n’avait institué aucune procédure de Mareva Injunction contre lui, il ne peut être accusé de quoi que ce soit.
Cette version est remise en cause par le Central CID sur la base des différents témoignages de Sadek Katoaroo, qui s’est placé dans une position des plus compromettantes avec le dernier enregistrement vidéo. L’interrogatoire du jour de l’ancien Attorney General pourrait être aussi élaboré que la séance d’hier et à la mi-journée, aucune indication n’avait transpiré au sujet d’une éventuelle comparution en Cour de Port-Louis pour une nouvelle inculpation provisoire ou non.
D’autres sources aguerries aux procédures d’enquête de la police font comprendre que vu que Rama Valayden est déjà sous le coup d’une inculpation provisoire, donc sous le contrôle du judiciaire, le Central CID n’a aucune urgence à se précipiter en Cour une nouvelle fois et pourrait même envisager d’avoir des consultations avec l’Office of the Director of Public Prosecutions avant d’entériner toute décision.
Néanmoins, cette démarche est tributaire de l’évolution de l’audition Under Warning de Me Rouben Mooroongapillay, qui avait travaillé de concert avec Me Valayden au moment de l’arrestation des principaux suspects dans le scandale Bramer Bank. Cet ancien Junior des Valayden Chambers, qui a retenu les services de Me Gavin Glover, est entendu de nouveau depuis la mi-journée au Central CID.
Me Mooroongapillay est confronté à la version du père de Younousse Katoaroo à l’effet que ses services avaient été retenus pour assurer la défense du banquier en état d’arrestation et également celle de Rama Valayden. Ce dernier aurait fait comprendre que le montant des honoraires avait été collecté auprès des proches du suspect par son Junior.
L’enquête policière se poursuit avec une nouvelle étape annoncée pour la semaine prochaine suite à la convocation formelle de l’assistant commissaire de police Kumar Dip, dont le fils et l’épouse sont impliqués dans cette affaire de détournement de Rs 80 millions.