Marie Maurena Moutousamy, qui est représentée par Me Rama Valayden, avait été condamné à purger un an de prison sous 35 charges de détournement de fonds en Cour intermédiaire. Elle avait interjeté appel de cette condamnation, estimant que sa sentence était « sévère et excessive ». Les juges Ah Foon Chui Yew Cheong et Aruna Devi Narain, prenant en considération les circonstances entourant cette affaire, ont cassé la condamnation d’un an de prison infligée à l’ex-vendeuse, réclamant un « probation report » sur elle avant que la cour ne prononce une nouvelle sentence.
Marie Maurena Moutousamy, ex-vendeuse de La Maison des Matelas, avait été accusée d’avoir inscrit, entre 2006 et 2007, de fausses sommes d’argent dans le “cash book”, et ce afin d’empocher la différence. Lors de son procès, elle avait présenté ses excuses à la cour, soutenant que son époux ne travaillait pas et qu’elle avait été contrainte de voler son employeur pour subvenir aux besoins de sa fille et de ses deux petits-enfants. Le magistrat de la cour de première instance avait trouvé qu’une peine de prison était « méritée » dans son cas. Toutefois, dans leur jugement en appel, les juges ont estimé que, dans ce genre de cas, un « probation report » aurait dû être préalablement soumis avant de prononcer une sentence. Le représentant de l’État avait en outre concédé que la sentence était « sévère et excessive » après avoir comparé cette dernière à d’autres sentences infligées pour des délits similaires. Les juges ont de fait cassé la sentence et ont ordonné qu’un « probation report » concernant l’appelante soit soumis avant que le magistrat ne prononce une nouvelle sentence.