Six semaines après avoir consigné une déposition accusant son bras droit, Winsy Buttié, âgée de 49 ans, de détournements de Rs 131 884 900 au cours de la période allant d’octobre 2010 à février dernier, Clensy Appavoo, fondateur de la HLB Appavoo & Associates Ltd, devrait se retrouver très bien tôt sur la Hot Seat. En effet, après une analyse approfondie des tenants et aboutissants de la Buttié/Appavoo Saga, le Central CID s’apprête en cette fin de semaine de confier à l’Independent Commission Against Corruption le volet de l’enquête consacrée aux allégations accablantes de Winsy Buttié contre son ancien patron au sujet de la gestion du patrimoine financier du ressortissant français Michel Paul Corvalan, décédé le 29 mars 2011.
Entre-temps, les limiers du Central CID comptent approfondir leur enquête au sujet des « undeclared links » de la Lady du Mauritius Turf Club (MTC) avec des Top Guns du turf local, que ce soit en termes de prête-noms pour des chevaux aux courses ou encore le business des paris illégaux au Champ-de-Mars. Des recoupements d’informations effectués auprès de sources concordantes ces derniers jours indiquent que le Central CID veut éviter toute confusion dans cette enquête de « batté-rendé » avec la victime initiale de détournements de fonds, Clensy Appavoo, faisant l’objet d’allégations du même genre de la part de celle qu’il accuse, Winsy Buttié. Ainsi, après consultations au plus haut niveau, le tandem à la tête du Central CID, les assistants commissaires de police Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi ont pris la décision de soumettre le dossier de l’affaire des 2,3 millions d’euros (Rs 100 millions environ) à l’ICAC, vu que l’un des principaux délits qui pourraient être retenus tombe sous la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act (FIAMLA), soit le blanchiment de fonds. Le dossier, qui devra prendre le chemin du QG de l’ICAC en cette fin de semaine, concerne la gestion de fonds d’une société offshore, Cordial OI Ltd, sous la responsabilité du groupe Appavoo. Les allégations consignées par Winsy Buttié, dont l’ICAC avait eu vent presque à la même période que Clensy Appavoo enregistrait sa déposition au Central CID, portent sur une somme de 2,3 millions d’euros appartenant à cette société. Au décès du ressortissant français le 29 mars 2011, soit à peine cinq jours après son retour à Maurice, Clensy Appavoo aurait élaboré un plan pour s’approprier des fonds disponibles au sein de Cordial OI Ltd aux dépens des héritiers de Michel Paul Corvalan. Dans le cadre de cette enquête, l’ICAC devra procéder à l’authentification d’un document sous la forme d’un Contrat de Prestation de Services entre Cordial OI Ltd et A & A International Holdings Ltd, dont l’unique directeur n’est autre que Louis Clensy Appavoo. Winsy Buttié allègue que le document en question, qui a été utilisé pour le transfert des 2,3 millions d’euros de Cordial OI Ltd dans les comptes de Clensy Appavoo, a été fabriqué après le décès de Michel Paul Corvalan. Un autre document devra également intéresser l’ICAC en vue de faire la lumière sur cette affaire. Il s’agit d’un Pacte d’Investissements pour tenter de confirmer que A & A International Holdings Ltd était un co-investisseur de Cordial OI Ltd alors que tel n’avait jamais été le cas dans la réalité. Winsy Buttié ajoute que ces deux documents avaient été fabriqués en mai 2011 avec la signature falsifiée de Michel Paul Corvalan et portaient la date du 10 juillet 2010 en vue de faciliter les transferts de fonds en guise de paiements. Dans cette même perspective, des enquêteurs de l’ICAC pourront procéder à l’audition des responsables d’au moins une importante banque commerciale engagée dans ces transactions. En effet, des indications existent à l’effet que cette banque aurait fait preuve d’extrême réticence pour exécuter les ordres de transferts, après le décès de Michel Paul Corvalan. Finalement, faute d’opposition de la part des autres parties contractantes, les opérations de transferts bancaires ont été concrétisées. L’Audit Trail découlant de ce transfert de 2,3 millions, qui sera initié conjointement par l’ICAC et la Financial Intelligence unit, devra permettre d’établir si les fonds détournés ont été placés dans des comptes des compagnies sous le contrôle direct de Clensy Appavoo ou encore ses comptes bancaires personnels. Du côté des héritiers de Michel Paul Corvalan, les remous provoqués par les accusations de Winsy Buttié ont débouché sur une première réaction vu que jusqu’ici, l’héritage légué par Michel Paul Corvalan est resté en suspens. Une partie de la famille aurait déjà établi des contacts avec un cabinet d’avocats en France en vue d’assurer un Watching Brief lors des différentes étapes de cette enquête et d’assurer que leurs intérêts ne soient nullement lésés. Avec la décision de transférer le volet de Cordial OI Ltd à l’ICAC, le Central CID compte se concentrer sur les liens tissés par la Lady du MTC au Champ-de-Mars et également les sources de financement de sa présence dans les tribunes officielles. À ce stade, le MTC a déjà versé au dossier tous les détails officiels relatifs à Winsy Buttié en tant que copropriétaire de chevaux. Le central CID compte complémenter ces informations avec des éléments sur des Undeclared links de celle-ci dans les girons bien placés du turf et également les opérations du réseau de Betting illégal. Les conclusions de l’enquête de la Police des jeux, relancée récemment, devront être d’une importance capitale pour la suite de l’enquête sur la Buttié/Appavoo Saga…