Les travailleurs licenciés de KS Building Construction Ltd ont tenu une manifestation pacifique ce matin devant la Victoria House à Port-Louis afin d’alerter l’opinion publique. Ils étaient accompagnés du président de la Fédération des Travailleurs Unis (FTU) Atma Shanto, qui demande au ministère de tutelle de réagir en leur faveur.
Les dix hommes, qui manifestaient ce matin à Port-Louis, représentaient l’intérêt des travailleurs de KS Building Construction Ltd. Durant le mois de décembre, ils étaient en effet plus d’une vingtaine à avoir pris connaissance de leur lettre de renvoi. Si une partie des manifestants disent arrêter de travailler demain, un autre groupe rétorque que leur renvoi prend effet à compter du 30 janvier. KS Building Construction souligne que ce n’est qu’à partir du 15 janvier qu’un premier groupe cessera de travailler.
Les manifestants pointent d’ailleurs du doigt les procédures adoptées par son directeur Kasaven Sawmynaden. L’absence de communication pour une éventuelle négociation est évoquée. Parmi les raisons mises en avant dans ce courrier : la situation financière délicate dans laquelle se trouve la compagnie d’où la réduction du personnel.
Interrogé par Le Mauricien, Kasaven Sawmynaden fait comprendre qu’il a suivi les procédures nécessaires pour informer ses employés de la décision de la direction. Dans une lettre rédigée le 13 décembre, le directeur laisse entendre qu’une restructuration devrait permettre à la compagnie de sortir la tête de l’eau. Il y est également précisé : « You shall be paid (a) wages for work done up to 12.01.2012 (b) end of year gratuity 2011-prorata (c) compensation on the basic of the recycling fee… » Et d’expliquer que c’est un manque de contrats qui serait à l’origine de ce dégraissage. « Nou oblize diminie nou amploye. Choi ranvwa employe finn fer selon zot kompetans. Bann seki absan souvan ek ki pena enn bon performans, mo finn ranvway zot ek monn prefere gard bann bon eleman », argue le directeur. Une raison qui ne tient pas la route selon les manifestants.
Emmanuel Veerasamy, employé depuis une dizaine d’années chez KS Construction Ltd, affirme que le travail entrepris par le syndicat FTU pour le respect des droits des travailleurs aurait contribué à cette décision. Jimmy Raboude, maçon de second grade soutient, pour sa part, que cela a créé une frustration auprès des employés de la compagnie.
Pour Atma Shanto, le ministère de tutelle doit initier une enquête pour déterminer les causes de ce renvoi. « Li pa kapav renvway dimoun ek pran sou kontrakter pou kontign fer travay », a martelé le président de la FTU. « Li pe koz difikilte finansier me nou pa manz sa boul-la », avant de mentionner les chiffres d’affaires de la compagnie, qui selon lui, ont été très honorables l’année dernière. Il parle également du laxisme de l’employeur face à cette situation avant de crier son ras-le-bol. « Li pa posib ki travayer kontign insilte », dit-il. « Na pena okenn provision ki protez bann travayer kompare a avan ». Et de rappeler que la consolidation de l’emploi figure parmi les principales préoccupations de la FTU.
À l’heure où nous mettions sous presse, le ministère du travail n’avait pas encore communiqué sa position sur ce dossier.