Faire comprendre au gouvernement qu’il est temps de leur payer une révision salariale intérimaire dans le sillage de l’introduction du National Minimum Wage. C’est le but de la Fédération des syndicats du secteur public (FSSP), qui manifeste actuellement devant l’Hôtel du gouvernement.

Rashid Imrith, président de la FSSP, réclame le versement de trois « increments » à l’ensemble des fonctionnaires. Cela le temps que les ajustements soient décidés sur la base des dispositions de la National Minimum Wage Act au nom de la relativité des salaires.

Selon le syndicaliste, 83 000 salariés sont concernés. La FSSP menace de faire grève si le gouvernement ne prend pas d’action.