L’organisation non gouvernementale (ONG) Blue Green Alliance Island tire la sonnette d’alarme sur le « développement sauvage » à Ébène. Selon Serge Antoine, le porte-parole, si l’on ne fait pas attention, la région risque de devenir comme Port-Louis. « Il y a un développement commercial à outrance. Les investisseurs auraient dû harmoniser leur construction et y inclure des espaces verts. »
L’ONG qui veut agir comme chien de garde, invite à une trêve politique, afin de réfléchir sur les enjeux de l’environnement. Serge Antoine est d’avis que le ministre de l’Environnement Deva Virahsawmy devrait être plus présent sur le terrain pour prendre des mesures appropriées.
Blue Green Alliance-Island dénonce également l’érosion des plages, notamment à Flic-en-Flac, Trou-aux-Biches et Blue Bay. « S’il faut fermer une partie de la plage pendant un certain temps pour la réhabiliter, qu’on le fasse. »
De même, Serge Antoine attire l’attention sur le fait que des camions viennent déverser leurs ordures au pied du Corps de Garde. Il dit avoir déjà alerté la police de l’environnement à ce sujet, mais la situation perdure. Dans le même souffle, l’ONG se prononce contre un projet d’incinérateur à La Chaumière.
Blue Green Alliance-Island souhaite des lois plus sévères pour protéger l’environnement.
Par ailleurs, l’ONG a écrit au Leader of the House of Lords, à Londres, pour protester contre l’établissement d’un parc marin autour des Chagos.