Train to Gain Co. Ltd (t2g), en partenariat avec les Américains de USM Business Systems, espère obtenir une trentaine de contrats pour des ingénieurs mauriciens en logiciel. Les sélectionnés s’envoleront pour Washington, vers « une nouvelle fenêtre d’opportunités », selon Harrish Bheemul, directeur de la société.
357 CV reçus en quelques jours. La « campagne robuste » aura séduit nombre de Mauriciens. La société t2g, qui s’est associée à USM Business Systems, propose aux ingénieurs mauriciens en logiciel un contrat de deux ans à Washington DC ; une « expérience incomparable », selon le Dr Harrish Bheemul.
« Les 98 Mauriciens au premier round d’interviews – en collectif, le 15 février au Labourdonnais Hotel – ont tous accédé au deuxième round : une technical interview », commente le directeur de t2g. Et hier, pour le volet ressources humaines — c’est-à-dire, au niveau de l’évaluation des capacités à l’adaptation — il n’en restait plus que 58, « ce qui peut nous rendre optimistes qu’ils seront au moins 30 Mauriciens sur la short-list ».
Ce qui a attiré autant de candidats ? L’appel du large, bien sûr. Mais également « des facilités administratives », en outre, le sponsoring du permis de travail à hauteur de $ 7 000. Par ailleurs, il s’agit « d’une expérience acquise au niveau international, dans un pays comme les USA ». Et  d’ajouter : « Les employés amélioreront leurs compétences et après quelques années, ils seront capables de contribuer à l’innovation à Maurice. » Les Mauriciens sélectionnés exploiteront le marché francophone d’USM.
Par ailleurs, il est prévu que les procédures auprès de l’ambassade démarrent le 1er avril, des démarches qui « prendront du temps ». Ainsi, l’équipe de t2g assurera la formation des candidats en business ethics and communication en attendant un départ pour les USA vers  octobre.
USM compte également s’installer à Maurice. Une training and development phase est à l’étude, renseigne le Dr Bheemul. Et un Software Development Centre devrait voir le jour. USM emploie 1 000 individus aux USA et compte un réservoir de compétences de plus de 6 000 cerveaux à Aderabad en Inde.