Alors que le conseil de la municipalité de Quatre-Bornes a rejeté, pour des raisons de sécurité, une demande de permis de développement pour la conversion d’un bâtiment résidentiel, à la Route Saint Jean, en un complexe commercial, le ministère des Administrations régionales passe outre cette mise en garde et approuve le projet.
Dinesh Ajit Tulsidas a fait en novembre une demande pour l’octroi d’un permis de développement auprès de la municipalité de Quatre-Bornes. Il se propose de convertir un bâtiment résidentiel, situé au 128 Route Saint Jean, à côté du complexe Obis Court, en un bâtiment commercial. « Conversion of an existing building at basement into real estate, ground floor into general retailer foodstuff (excluding liquor) and non-foodstuff (foodstuff predominant) and first floor into office », se résume le projet soumis.
Les inspecteurs de la municipalité de Quatre-Bornes ont relevé sur le site que la surface du rez-de-chaussée de 24 mètres carrés comporte deux ouvertures et qu’un unique escalier faisant face à la Route Saint Jean donne accès au premier étage. Le promoteur propose d’avoir six parkings. Dans leur rapport, les inspecteurs soulignent toutefois que ce type de bâtiment doit en disposer huit, mais que seulement cinq seront disponibles, vu que certains ne seront pas fonctionnels.
Les techniciens de la municipalité notent aussi que le bâtiment est vis-à-vis d’un passage clouté et d’un arrêt d’autobus. Ils observent que malgré tout, le projet a eu la « clearance » de la Road Development Authority (RDA) et de la Traffic Management and Road Safety Unit (TMRSU). « Des parkings payants étant disponibles sur la Route Saint Jean près du site, ceci pourrait compenser nombre de parkings requis », écrivent ces officiers.
Les inspecteurs soulignent, qu’à la lumière de leurs observations, ils n’y voient aucune objection à octroyer le permis. « In the light of the above, there is no planning objections and subject to the final clearance of TMRSU be obtained and other conditions as per TMRSU and RDA », écrivent-ils en janvier.
Toutefois, lors de l’examen du projet, les conseillers ne l’entendent pas de cette oreille. Ils soutiennent connaître trop bien ce tronçon névralgique de la Route Saint Jean, situé à l’entrée même de la ville non loin des Flats Bhunjun et de l’échangeur de Saint Jean. « Il y a non seulement un passage clouté, mais également une borne publicitaire, sans compter un manque flagrant de parkings pour un bâtiment commercial. En outre, il y a déjà eu un accident mortel sur ce passage clouté ! », font-ils unanimement valoir avant de rejeter le projet et de soumettre leurs objections au ministère. « Ce projet va venir aggraver le problème de l’insécurité routière à cet endroit », insistent-ils.
Quelle n’est pas leur surprise et leur frustration de recevoir, début mars, un courrier du ministère des Administrations locales, leur annonçant que le projet a été approuvé. « The minister, in accordance with Section 117 (12) of the Local Government Act 2011, approved the Land and Building Permit to M. Tulsidas Dinesh Ajit for conversion of an existing building … », peut-on y lire.
« Nous, les conseillers élus par les citadins de Quatre-Bornes, pour veiller à leur intérêt, bien-être et sécurité, nous avons fait notre devoir d’avertir les autorités quant au danger d’avoir un tel projet dans cet endroit névralgique de Quatre-Bornes. Il y a eu mort d’homme. Des gens, qui manifestement ne connaissent pas notre ville, ont décidé autrement parce qu’ils ont le pouvoir de le faire. Qu’on ne vienne pas tenir le Conseil et les conseillers pour responsables si un drame se produit à cet endroit ! », s’indigne une source à la municipalité de Quatre-Bornes, qui par peur de représailles, a décidé de garder l’anonymat, mais a tenu à avertir néanmoins les citoyens de la Ville des Fleurs de cette situation.