Les petits contracteurs réunis au sein de l’Association des contracteurs se mobilisent en vue de l’émergence prochaine des smart cities. Au cours d’une assemblée tenue hier au Centre social Marie, Reine de la Paix, les différents représentants de l’association ont exhorté les membres à se professionnaliser davantage et à investir dans la formation, cela afin de concurrencer les gros constructeurs.
Les petits opérateurs du secteur de la construction veulent leur part du gâteau dans le cadre de la création des futures smart cities. Consciente du défi de taille qui les attend, l’association des contracteurs veut sensibiliser les uns et les autres sur l’importance de la formation et d’être encore plus performants. Pour Gérard Uckoor, président de l’association, il faut un meilleur encadrement des petits contracteurs. Se regrouper et se former ont été en effet les maîtres mots lors de cette assemblée de l’Association des contracteurs hier. L’Association des contracteurs s’est également attardée sur les difficultés rencontrées dans le secteur avec notamment la perception que les contrats de districts seraient alloués aux mêmes opérateurs.
La création d’un trust pour tout ce qui est smart habitat and eco-construction a également été annoncée. Celui-ci sera mis sur pied d’ici janvier, indique Boopen Dhoobah, secrétaire de l’Association des contracteurs.
Autre point fort de cette assemblée : l’annonce que 10 % des travaux seront alloués aux petits contracteurs dans le cadre du projet de Plaisance City, une eco-city. Les promoteurs du projet sont les Français Frédéric Touati et Patrick Arnaldi. Avec un montant d’investissement de Rs 4 milliards, c’est 400 M qui seront réservés aux petits contracteurs, a annoncé Patrice Lajeunesse, qui coordonne les démarches entre Maurice et la France. Les investisseurs ont d’ailleurs rencontré le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, en vue de lui exposer ce projet ambitieux qui porte sur la création d’une eco-city avec un hôtel à côté de l’aéroport de Plaisance, la création de 1 200 logements pour les familles de la classe moyenne et un business park. Les permis pour la création du business park ont déjà été approuvés, affirme Patrice Lajeunesse. Ce projet devrait créer environ 1 000 emplois et les infrastructures tourneront à l’énergie verte avec notamment l’installation de panneaux photovoltaïques et d’éoliennes. Les travaux, annonce Patrice Lajeunesse, démarreront en février 2016.