La première source d’énergie est celle que l’on ne consomme pas! Fort de cet adage, sept industriels du Made in Moris, à savoir Innodis, Livestock Feed Limited, Margarine Industries Limited, Maurilait Production Limited, Meaders Feeds Limited, T & T International Foods Limited et Quality Beverages Limited avancent d’un pas en faveur de l’efficacité énergétique. Placé sous le thème « Réalisation d’audits énergétiques détaillés de systèmes vapeur dans l’industrie mauricienne », un récent atelier technique s’est tenu avec le Groupe de Travail Maitrise de l’Energie (MDE).
L’audit énergétique a été réalisé par un cabinet spécialisé implanté à la Réunion, Barrault Recherche, qui a démarré sa mission en mars 2013. L’audit énergétique est la première pierre d’une démarche d’efficacité énergétique et les industriels du Made in Moris patronnés– par l’Association of Mauritian Manufacturers (AMM), l’Association des Hôteliers et Restaurateurs de l’île Maurice (ARHIM), la Mauritius Chamber of Commerce & Industry (MCCI), la Mauritius Export Association (MEXA)], regroupées sous l’égide du Joint Economic Council (JEC)– avec le soutien de l’Agence Française de Développement (AFD) en coopération avec L’Association pour le Développement Industriel de la Réunion (ADIR), ont répondu à cet exercice de diagnostic.
C’est un outil d’aide à la décision avec des chiffres et des solutions concrètes en identifiant le potentiel d’économies et les moyens à mettre en oeuvre pour atteindre l’efficience. Les chefs d’entreprises, partenaires de ce projet, se disent conscients que la MDE doit se trouver au centre des préoccupations tout en considérant cet élément comme un facteur clé de compétitivité et d’équilibre financier de leurs activités.
 « L’AMM s’est investie depuis deux ans maintenant  dans le chantier de l’efficacité énergétique parce que c’est une démarche gagnante pour notre pays et pour nos entreprises. En effet, celles-ci font face à de plus en plus de compétition de produits importés et il est essentiel qu’elles affinent leurs performances énergétiques pour rester compétitives et continuer d’exister », confie, à travers un communiqué de presse, Gérard Boullé, président de l’AMM. L’objectif du plan national, précise-t-il, est la réalisation sur les trois prochaines années de séries d’audits pour toucher 100 entreprises dans l’industrie et le tertiaire.  « Un plan ambitieux qui permettrait une réduction de la facture énergie des entreprises de l’ordre de 600 millions de roupies par an », dit-il.
   Au-delà de l’approche économique, il s’agit aussi de faire face, laisse-t-on comprendre, aux enjeux énergétiques et environnementaux du pays. Alors que l’industrie et le secteur tertiaire privé représentaient en 2010 près de 60% de la consommation d’électricité, une réduction de la demande des « grands consommateurs » permettra de maintenir l’équilibre du réseau électrique. Une énergie non produite qui se traduit par des milliers de tonne de CO2 évités par an. D’ailleurs, les cadres des sept indiustriels s’accordent tous à dire que l’analyse de Barrault Recherche était intéressante tant sur le plan de la méthode que sur celui de la pédagogie. La campagne d’audit avec des instruments de mesure, le rapport d’audit, les formations théoriques et pratiques ont apporté, selon eux, une optimisation sur la conduite de la chaufferie.