Le vice-Premier ministre et ministre des Terres et du Logement Showkutally Soodhun a annoncé la mise en place d’une nouvelle politique gouvernementale concernant l’allocation des terres de l’État pour des développements commerciaux et touristiques, ainsi que pour des logements sociaux, lors de son intervention à l’Assemblée nationale hier.
Showkutally Soodhun a rappelé que les terres de l’État étaient rares et que, par conséquent, il était important d’en faire une utilisation judicieuse. Dans ce contexte, il a annoncé que la nouvelle politique gouvernementale en termes de logements sociaux ciblerait les familles les plus pauvres pour qu’elles puissent avoir un logement décent. L’Alliance Lepep ayant annoncé la construction de 2 000 maisons annuellement, Showkutally Soodhun a indiqué avoir commencé à identifier des terres dans ce sens, affirmant « n’avoir aucun doute que le ministre des Finances fera provision pour sa concrétisation ». Il a indiqué avoir eu une rencontre avec la Mauritius Sugar Producers Association (MSPA) afin de s’assurer que les terres acquises sous le National Housing Programme sont « appropriées » pour la construction des maisons.
Le ministre des Terres a fait ressortir que la politique de logement des gouvernements a été fragmentée au fil du temps, avec pour résultat que les besoins des principaux concernés « ont été négligés ». Il a annoncé qu’outre la construction des logements pour les personnes à faibles revenus, le gouvernement prendrait également en considération les besoins de la classe moyenne. « Government will introduce different housing schemes to meet the needs of a larger clientele. » L’environnement et les relations humaines seront aussi pris en considération dans le cadre de ces projets de développement.
Un State Land Register sera mis en place et les terrains à visées commerciales ou touristiques seront identifiés. Ces informations seront ensuite postées sur le site internet du ministère de tutelle et le public pourra manifester ses intérêts de les développer. Ceux-là devront cependant répondre à certains critères financiers et donner les preuves et justifications du montant de l’investissement direct étranger et leurs antécédents. Un certificat d’une institution bancaire reconnue sera également nécessaire. Ce registre fera partie du National Level Spatial Development Plan qui existe depuis les années 70’. Toutefois, ce plan sera revu pour prendre en considération toutes les implications du développement des terres et fera des propositions « for an integrated public/private transport strategy, smart growth principles and address a range of urban planning and development issues ». Une Planning and Development Commission viendra remplacer le Town and Country Planing Board pour conseiller le gouvernement, coordonner la gestion des terres et les infrastructures et superviser la mise en oeuvre des projets.
La loi sera revue et fera provision pour qu’il y ait plus de clarté concernant les compensations octroyées. Le ministre Soodhun affirme qu’il y a eu « beaucoup d’abus dans le passé » avec « des procédures qui n’ont pas été suivies » lors de l’allocation des terres. Selon lui, cela lui prendra six mois « to clean the mess created by the previous governement in my ministry ». Il a affirmé que la Land Fraud Squad enquête actuellement sur sept cas et que le ministère emploiera un avocat à plein-temps pour l’examen de ces dossiers. « Sous le gouvernement travailliste, l’allocation des terres de l’État se faisait dans les 24 heures. Un ancien ministre de l’Emploi avait usé de son pouvoir pour proclamer une plage publique privée et un agent rouge a eu 30 arpents de terre sans respecter les délais de développement. D’autres ont vendu des terres à des prix exorbitants à des étrangers juste après la signature de leurs baux. » Showkutally Soodhun a avancé que « l’ancien Premier ministre devait Rs 6,8 millions à l’État en termes de “premium” et de location depuis 2011, et c’est seulement au lendemain de sa défaite, le 12 décembre, qu’il s’est acquitté de ses dus ».
Le vice-Premier ministre a affirmé son intention de rencontrer Mgr Maurice Piat « who called upon the government in his recent message in the pastoral letter to take cognizance of his propositions for housing policies ». Il a aussi avancé que le gouvernement s’est engagé à venir de l’avant avec de nouvelles lois, notamment une Declaration of Assets Act, une Financing of Political Parties Act et une Freedom of Information Act. Il a finalement soutenu que l’Electoral Supervisory Commission aurait tous les pouvoirs pour sanctionner la fraude, la corruption et les situations de conflits d’intérêts.