Un camionneur de 53 ans, résidant à Port-Louis, a dû payer une amende de Rs 6 000 pour déversements illégaux de déchets (“illegal dumping”) dans la zone industrielle de Jin Fei. C’est suite à une enquête que la police de l’environnement est parvenue à remonter jusqu’à lui.
Agissant sur la base de renseignements, les policiers de l’environnement, sous la supervision des inspecteurs Jean Brasse et Yves Dimba, ont décidé, le 30 juin dernier, de fouiller des déchets déversés illégalement dans la zone industrielle de Jin Fei. « Cela fait un bout de temps que nous surveillions cette zone suite à des plaintes reçues du public », explique l’inspecteur Yves Dimba. « Nos instructions du commissaire de police, Mario Nobin, sont claires : “zéro tolérance” envers ces pollueurs de tous acabits », indique-t-il.
Cette fouille de déchets déversés dans les rues de Jin Fei leur aura permis de déterminer leur provenance. En effet, des papiers à en-tête de The Oberoi Mauritius ont été découverts. Munis de ce renseignement, les policiers de l’environnement ont débarqué dans cet établissement, à Balaclava, et ont rencontré le Maintenance Manager de l’hôtel. Ce dernier leur a permis de remonter jusqu’à un Zone Manager d’une compagnie privée de ramassage d’ordures de la zone Sud de Port-Louis. Ce dernier a informé les policiers qu’il confie la responsabilité du ramassage d’ordures de l’hôtel Oberoi à un camionneur, leur donnant le numéro d’immatriculation du camion, sa marque ainsi que sa couleur.
Forts de toutes ces informations, les policiers de l’environnement ont ensuite convoqué ledit camionneur à leur bureau le 1er juillet dernier. « Devant les preuves accablantes que nous avons récoltées durant notre enquête, le camionneur n’a eu d’autre choix que d’avouer avoir illégalement déversé ces ordures à Jin Fei », raconte l’inspecteur Jean Brasse. Le camionneur a été par conséquent verbalisé, les policiers lui servant une “Fixed Penalty Notice”, et il a dû s’acquitter d’une amende de Rs 6 000 pour déversement illégal de déchets. La police de l’environnement lui a également intimé l’ordre de ramasser les ordures qu’il avait déversées sur la voie publique. Chose qu’il a faite avec empressement, selon les policiers.
« Les Mauriciens, dans leur ensemble, doivent prendre conscience que la police de l’environnement et la police régulière veillent au grain en patrouillant inlassablement les villes et villages du pays pour s’assurer qu’il n’y ait pas d’illegal dumping. Un tel délit est sévèrement puni par la loi », explique l’inspecteur Yves Dimba.