Chez les Cheeneebash, à La Marie, Vacoas, la désolation et la consternation se lisaient sur les visages des nombreuses personnes venues témoigner leur sympathie à la famille du jeune Devesh, 19 ans, ayant trouvé la mort dans l’accident d’hier matin. En début de soirée, malgré le temps très pluvieux et venteux dans cette région des hautes Plaines Wilhems, ils étaient très nombreux à braver ces intempéries pour se rendre auprès des Cheeneebash. « Le père est effondré. Ou kapav res insansib divan enn maler komsa ? Guet sa… Enn papa ek enn mama ki pe fer tou pou zot zanfan, ek enn aksidan balye tou… », commente une tante de la jeune victime.
Fils unique de Jairani, chargée de cours en mathématiques à l’université de Maurice, le jeune homme avait terminé ses études et entreprenait des démarches pour ses études supérieures. « Devesh n’aimait pas prendre l’autobus, expliquent quelques proches de la famille. Il préférait se déplacer en compagnie de ses parents. C’est comme s’il avait une certaine frayeur des autobus… »
« C’est un signe, décoche encore Kiran, un proche. Un mauvais signe qui présage beaucoup de problèmes. » Neeta, autre proche de la famille, abonde dans le même sens : « Mon mari a lui aussi été chauffeur de la CNT. Ce qui s’est passé est inexcusable ! Le chauffeur a tout fait pour éviter qu’il y ait un grand nombre de morts et y a lui-même laissé sa vie. Mais il faut que les autorités fassent une enquête concrète. » La jeune femme continue : « Mo mari inn viv sa bann presion-la. Direkter li asiz dan so biro climatise, li. Eski li kone par ki bann travayer ek bann pasazer pe passe ? Zordi, la, eski zot konsian dan ki maler la fami sa garson-la ete ? »
Le père de Devesh Cheeneebash est un ex-employé de l’audit. La victime a aussi une soeur, Durvashi, 12 ans, élève au collège Dr Maurice Curé à Vacoas.