Dhyaneswar Dausoa, sculpteur traversé de diverses expériences, est un homme travaillé du dedans. Il sait capter les énergies dans les lieux où il voyage et créer des oeuvres — les inattendus de l’art. Réflexion et création s’étreignent chez lui. Au Festival International des Arts Plastiques de Maharès (en juin dernier), il a su traquer en montrant l’art de l’équilibrage des pierres, une des originalités du festival. Il s’agit d’un assemblage original et équilibré de pierres taillées, de diverses formes, fixées et reliées sans axe ou support et qui confèrent au paysage esthétique et splendeur. Il nous offre un aperçu de ces sculptures qui frappent l’imagination avec une curieuse, mais rassurante, impression. Artiste généreux, il parle aussi des hommages, expositions, performances et musiques qui ont émaillé la dernière journée du FIAP.
La pierre a toujours été témoin du temps, nous dit Dhyaneswar Dausoa. Il évoque ces figures aux allures de totems chargés de symboles et de la mémoire.
Dans des régions montagneuses dans plusieurs parties du monde, on peut découvrir des rochers millénaires en équilibre, trônant dans la nature et qui ont résisté aux secousses sismiques. »À Maurice, la montagne le Pieter Both nous émerveille. Combien d’entre nous ont vraiment pris le temps de la contempler ? Ce phénomène a inspiré l’homme à mettre en pratique l’équilibrage de lapierre… », déclare notre sculpteur. Masse de pierre semblant s’élever contre la condition humaine, créant une mythologie propre à l’île : la montagne fascine par la démesure colossale et offre à l’homme sensible qui cherche dans la mythologie l’abri, la protection et des idées de création sculpturale.
Mettre des pierres en équilibre est une pratique qui consiste à créer des sculptures naturelles avec des pierres empilées l’une sur l’autre, sans axes ou collage, jusqu’au moment où l’on arrive à les faire tenir en équilibre. Ne cherchez pas dans le travail de Dausoa les formats habituels ou une imagerie familière. Notre sculpteur cherche dans l’équilibrage des volumes, le modelage, le jeu des proportions, des effets de monumentalité et de spiritualité. « Ce travailexigeune sensibilité, l’équilibre moral, la coordination physique,beaucoup de concentration et d’attention », nous dit Dausoa. « Une oeuvre en pierre équilibrée provoque un sentiment de sérénité et de puissance. Ces pierres non taillées, perchées l’une sur l’autre dans un tel arrangement aléatoire, mais harmonieux, provoque chez les spectateurs un sentiment d’émerveillement, voire une recherche de spiritualité… » Ces pierres sont là et s’imposent à nous comme des faits évidents, nous forcent à coexister avec elles. Dausoa nous dit que ce phénomène prend de l’ampleur dans le paysage artistique contemporain. Si l’on veut que ces pierres deviennent une sculpture permanente, il faut la fixer de manière appropriée dans un espace idéal. Dhyaneswar Dausoa a tenté d’introduire l’assemblage de pierres lors de son passage en Tunisie. Il pense que cette pratique pourrait se développer facilement vu la curiosité du public à Maharès.Dans le droit-fil des anciens bâtisseurs, l’artiste assemblant les pierres en sculptures levées nous met en résonance avec notre habitat naturel. Les pierres nous parlent tels des médiateurs.