Diffuser de l’insuline et contrôler le taux glycémique pour éviter les épisodes d’hypoglycémie : c’est en somme l’avantage que propose la MiniMed 640G, une nouvelle pompe d’insuline, disponible depuis l’an dernier à l’étranger et désormais également à Maurice. Selon le Dr Sulleiman Shimjee, spécialiste en diabète et en endocrinologie, « avec les anciennes pompes d’insuline, il restait toujours certains aspects qui nourrissaient l’angoisse des patients, comme la peur d’une hypoglycémie ». Avec la MiniMed 640G, « la pompe et le détecteur d’hypoglycémie ensemble fonctionnent comme un pancréas naturel ».
Lors d’une rencontre avec la presse hier, la compagnie HealthFocus, en association avec Medtronic, le fournisseur de l’appareil, a présenté les avantages de ce nouvel appareil pour les diabétiques, notamment ceux de type 1, dont le pancréas ne peut produire de l’insuline, hormone qui contrôle le taux de sucre dans le sang. À ce jour, quelque 800 Mauriciens seraient concernés. Pour le Dr Sulleiman Shimjee, si les pompes d’insuline existent depuis une vingtaine d’années, elles n’ôtaient pas pour autant les appréhensions des diabétiques de type 1. Ils craignaient toujours une hypoglycémie ou une hyperglycémie. Désormais, avec la MiniMed 640G, qui offre une haute protection contre ces deux problèmes tout en diffusant de l’insuline, une nouvelle thérapie est possible. Elle peut arrêter automatiquement la diffusion d’insuline lorsque le taux de glucose approche la limite et elle redémarre la diffusion une fois que le taux de glucose remonte. L’appareil dispose d’un détecteur qui contrôle continuellement le taux de glucose et envoie une alerte au patient soit par vibration ou par un bip lorsque le taux atteint la limite. Pour le Dr Shimjee, avec toutes les complications que connaissent les diabétiques de type 1 (accidents de la route et visites hebdomadaires ou bihebdomadaires en urgence en clinique), « c’est un plaisir de voir leur soulagement avec un tel appareil. Celui-ci apporte un meilleur contrôle et une meilleure qualité de vie pour les patients ».
Ravish Parepiah, directeur de HealthFocus Ltd, a pour sa part procédé à une présentation de l’appareil. « La vie d’un diabétique de type 1 est loin d’être facile. Mais, avec les progrès technologiques, leur vie se rapproche de celle d’une personne normale. » Et de poursuivre : « L’hypoglycémie sévère peut engendrer des complications, voire la mort. Ce petit dispositif, de la taille d’un téléphone portable, apporte une diffusion constante d’insuline au patient et informe en temps réel le taux de glucose pour un meilleur contrôle. Bien avant une crise d’hypoglycémie, le patient a le temps d’agir et, si l’on peut éviter ces crises, on peut mener une vie normale ». Ravish Parepiah évoque un autre aspect intéressant de la MiniMed 640G : « La pompe arrête l’apport de l’insuline quand le taux de glucose baisse et une fois que celui-ci remonte, la pompe diffuse à nouveau de l’insuline. La pompe prévient aussi les épisodes d’hyperglycémie. Les patients, se servant de cette pompe, utilisent moins d’insuline ».
Le Dr Shimjee souligne que la MiniMed 640G « aide à réduire grandement le coût médical associé aux complications du diabète de type 1. J’ai longtemps bataillé auprès des compagnies d’assurances pour que la pompe d’insuline soit remboursée, car on a des admissions chaque semaine ou toutes les deux semaines. Les patients sont couverts par ces mêmes assurances. La pompe serait un investissement à long terme qui permettrait d’économiser beaucoup d’argent ». De même, Rani Balloo, présidente de l’Ong Diabetes Safeguard, a indiqué avoir fait une recommandation auprès du gouvernement pour que le remboursement des pompes d’insuline soit assuré dans le prochain Budget.