Diane Nuteau est jongleuse depuis dix ans au sein de Fire Tribe Mauritius et exerce comme spécialiste en communication depuis presque un an. Cette jeune femme qui a tout pour réussir a la soif d’apprendre et de partager. L’ancien mannequin a décroché la première place au JCI Mauritius Creative Young Entrepreneur Award l’année dernière et vient de décrocher la troisième place au Total Challenge Startupper de l’année grâce à son concept de Creative brainstorming. Une approche qui favorise l’échange et invite les entrepreneurs, les PME et les start-up à partager leurs idées durant un atelier de travail.

Entre jongler et communiquer, Diane Nuteau n’a pas choisi. Nourrissant une brûlante passion pour les deux, elle excelle dans ces deux secteurs. En jeans délavé et chemise blanche, la spécialiste de la communication aiguise son look et son emploi du temps. “Jongler me procure un vrai bien-être. Je jongle sans et avec le feu. Je jongle aussi avec mes sessions de creative brainstorming, confie la jeune femme de 33 ans. Dans ce monde où le temps est précieux et où chacun court après la montre, la jeune femme s’épanouit en s’adonnant à plusieurs activités. “Il est important pour moi de faire différentes choses qui me nourrissent.” Elle est détentrice d’un degré en gestion d’entreprise, avec une spécialisation en communication, de l’Afrique du Sud.

Tout commence lorsque Diane Nuteau remporte la première place au JCI Mauritius Creative Young Entrepreneur Award l’année dernière grâce à son concept de Creative brainstorming. Un atelier de huit heures avec les entrepreneurs, PME et start-up pour les aider dans l’élaboration de leurs stratégies de communication et de marketing, et qui permet d’accélérer la prise de décision. “Je considérais mon projet comme mon bébé. Mais je ne savais pas si le marché allait être réceptif”, avoue l’ancienne élève des collèges Lorette de Curepipe et de Saint-Pierre.

La comédienne de la série Squatter de Crazy TV et ancien mannequin a pris des cours de meta-coaching. “C’est grâce à ce cours que je me suis lancé comme Communication specialist. C’était la suite pour approfondir mes aptitudes en termes de coaching. Ce cours m’a redonné confiance en moi”, dit-elle, en sirotant son café.

Creative brainstorming.

Celle qui a remporté la troisième place grâce au Creative brainstorming au Total Challenge Startupper de l’année prend connaissance du système V.A.K. Une méthode d’apprentissage qui considère que chaque être humain a des aptitudes différentes selon le sens qui prime chez eux : la vue et l’ouïe, entre autres. La passionnée d’art s’en inspire pour son projet. “J’ai initié mon concept à partir de rien lorsque j’ai quitté mon travail, il y a trois ans. J’ai commencé dans mon salon. Les gens venaient chez moi.” Avant de se lancer dans l’entrepreneuriat, elle a travaillé pendant sept ans dans une agence de publicité à Maurice et en Afrique.

Par ailleurs, Diane Nuteau jongle depuis dix ans au sein de Fire Tribe Mauritius. Une troupe où elle est un des membres fondateurs. “Nous sommes un groupe d’amis qui avons eu envie de jongler avec le feu, car c’était fun. À l’époque, j’étais la seule fille de la troupe. Tout a commencé lorsque nous avons jonglé lors de la fête d’une amie à Flic-en-Flac.” Elle a été charmée par cette activité alors qu’elle était en vacances en Afrique du Sud. Depuis, la troupe, composée de Kevin Beegoo, Amaury Rochecouste, Kian Beejadhur, Laura de la Haye, Steven Madelon, Francesca Mayer, Vanessa Beegoo et Rishi Ramgutty, a offert des prestations dans plusieurs événements, comme le Kaz Out Festival et même aux Seychelles. Les spectacles durent environ une quinzaine de minutes et suscitent l’admiration. Une pratique qui n’a pas tardé à attirer l’attention de la chaîne américaine CNN en 2016.

Jongler et partager.

Jongler n’est pas uniquement proposer une prestation devant un public. C’est un art, un challenge et une activité gratifiante. “Le jonglage demande énormément de temps. C’est un sport, un moyen de méditer, de partager”, précise celle qui a participé à un atelier d’écriture pendant le Festival Île Courts 2018, animé par la réalisatrice française Chantal Richard. Diane Nuteau écrit un documentaire sur l’art du jonglage. “Le projet est toujours au stade d’écriture. Je tournerai le documentaire dépendant du financement que je peux avoir.”

Jongler lui procure une sensation singulière. Au-delà du danger auquel elle est exposée, le son des flammes et les mouvements l’attirent. “C’est dangereux si on jongle sans pratiquer. Je me suis brûlée plusieurs fois, mais rien de grave. Il faut s’entraîner convenablement et prendre en compte les mesures de sécurité. Quand on est bien encadré, c’est super.”

Diane Nuteau est heureuse de son parcours. “Au début, pour que mon activité puisse être rentable, je me retrouvais sans salaire. Mais j’ai persévéré et j’ai réussi. Je reste humble. Je suis une petite start-up, pa enn gran madam. Je suis très accessible.” Elle s’est fait une clientèle et compte bien continuer l’aventure. “L’expérience que j’ai acquise grâce à Fire Tribe Mauritius m’a permis de me lancer seule dans l’entrepreneuriat.” Le moment était venu de faire le grand saut. “J’avais très peur d’échouer. Je me suis dit : si ça marche, tant mieux; si ça ne marche pas, j’aurais au moins essayé. Je préfère vivre avec des remords que des regrets.”