Dans le cadre d’une étude sur la résilience des langues minoritaires avec accent sur la langue télougoue, menée simultanément en Malaisie, à Singapour et à l’île Maurice, deux chercheurs malaisiens, le Dr Thilagavathi Shanmuganathan et Supramani Shoniah, respectivement Deputy Dean et Senior Lecturer à l’University of Malaya, ont séjourné dans le pays du 25 au 29 avril, le but recherché étant de collecter le maximum de données sur l’état de la langue et des pratiques culturelles au sein de la diaspora télougoue locale depuis l’arrivée de l’Inde des immigrants sous contrat 180 ans de cela.
Dans le cadre de cet exercice, les chercheurs ont travaillé auprès de diverses organisations et institutions et les temples oeuvrant au bénéfice de la préservation et de la consolidation du fait télougou à l’île Maurice. En ce qui concerne la langue télougoue spécifiquement, les deux académiciens se sont aussi intéreressés à évaluer les language shifts qui se sont opérés par rapport à la langue télougoue, c’est-à-dire les emprunts que celle-ci s’est approprié à d’autres langues pratiquées à Maurice.
Les visiteurs se sont réjouis de la bonne qualité des archives conservées au musée de l’immigration indienne de l’Institut Mahatma Gandhi à Moka, en particulier celles relatives au registre des arrivées des immigrants indiens, les certificats de mariage et les photos. “These documents actually helped us to realize that the Mauritian authorities are  making considerable efforts to keep and preserve Indian heritage, among which the Telugu identity”, ont soutenu les deux chercheurs.
Les subventions et les jours fériés accordés par l’Etat aux diverses composantes culturelles de la nation arc-en-ciel mauricienne sont salués comme il se doit, car ces facilities sont salutaires à la consolidation des acquis identitaires. Le Dr Thilagavathi Shanmuganathan et Supramani Shoniah ont apprécié le fait qu’à Maurice, tout comme à Singapour, le gouvernement soutient substantiellement la promotion et le développement des langues maternelles.
La veille de leur départ, Thilagavathi Shanmuganathan et Supramani Shoniah ont pris part à une session interactive avec les membres du TSN (Maison de la Culture Télougoue) à Rose-Hill lors de la session de prière hebdomadaire de cette société culturelle. La session interactive s’est déroulée autour d’un certain nombre de sujets lies à la démarche des chercheurs malaisiens – l’arrivée des Télougous à Mauriced, la préservation de l’identité télougoue dans un pays si éloigné de la terre ancestrale et les modalités mises en place dans le pays à cet effet.
Les répondants ont reconnu la contribution de leurs ascendants venus de l’Inde, ayant pris soin d’apporter dans leurs modestes effets des exemplaires de leurs livres sacrés et des images saintes essentiels pour l’animation cultuelle et de transmettre tout leur savoir religieux, linguistique et culturel, si bien qu’aujourd’hui (on est à la quatrième génération de ces migrants) leur identité d’origine est sauve. La contribution de diverses organisations, dont le Mauritius Andhra Maha Sabha (aujourd’hui le Mauritius Telugu Maha Sabha) avec ses 90 branches réparties à travers l’île, activement engagées dans la promotion de la langue ancestrale, des fêtes religieuses et culturelles, ainsi que le soutien du gouvernement à travers le Telugu Cultural Centre Trust et la Telugu Speaking Union a été mise en exergue lors de la session interactive.