Didier Picon, candidat de 100% Citoyens au no 20

Coup de projecteur sur l’un des candidats des nouvelles formations politiques qui briguent les suffrages ce jeudi. Didier Picon, candidat de 100% Citoyens dans la circonscription Beau-Bassin/Petite-Rivière (No 20), nous explique les raisons de son combat. Très critique à l’égard des politiciens traditionnels, ce juriste de formation, âgé de 45 ans, est spécialisé en droit des affaires et finances non bancaires. Il occupe le poste de Head of Legal Department à SAF Exportateurs de Talents Ltée. Il explique que 100% Citoyens représente une « véritable alternative » face à des partis politiques « dépassés ».

Pourquoi vous engagez-vous en politique ?
Comme pour un grand nombre de nos chers concitoyens, j’ai un sentiment d’exaspération et de ras-le-bol vis-à-vis du paysage politique qui nous a été offert par nos deux principales familles de dirigeants depuis mon retour au pays, en 2006, après mes études de droit en France.

En tant que spectateurs politique, nous assistons à un feuilleton continu de pillage des fonds publics sur un fond de communautarisme agrémenté par du népotisme à outrance, où la politique est devenue une question de vendetta et dont bon nombre de citoyens, toutes communautés confondues, est en train de subir les frasques, excès et vengeances personnelles de certains dirigeants, qui s’en mettent plein les poches et qui favorisent leurs petits cercles familiaux et amicaux.

Je me suis toujours insurgé contre l’attitude de nos politiciens, qui consiste uniquement à critiquer leurs adversaires sans venir de l’avant avec de nouvelles idées, de nouvelles propositions. Et c’est justement dans cette optique que j’ai voulu faire de la politique autrement, sans me soucier de ce que mes prédécesseurs ont fait, pour me concentrer plutôt sur ce qu’ils n’ont pas pu faire ou pas voulu faire, car je suis résolument tourné et focalisé sur l’avenir.

Mes objectifs sont de contribuer à la lutte pour instaurer la méritocratie au détriment du népotisme et le mauricianisme au détriment du communautarisme. Lutter contre les fléaux qui ravagent notre société afin d’aider dans la construction d’une île Maurice meilleure, dont héritera ma fille ainsi que tous les enfants de nos compatriotes.

Pourquoi avoir choisi le parti 100% Citoyens ?
C’était pour moi une évidence, car j’ai trouvé cette plateforme politique que je recherchais depuis plusieurs années, qui correspond à mes principes, ma vision et mes valeurs d’éthique et de probité, et surtout qui me permettrait de mener de nouveaux combats au niveau étatique (en sus de mes précédents luttes : 1) contre l’instauration de centrale de CT Power, 2) pour la conscientisation du peuple sur l’entrée en vigueur des disposition relatives au Netting and Collateral Arrangements contenue dans l’Insolvency Act au détriment du petit peuple non protégé (les créanciers chirographaires), mais aussi 3) contre l’abus des General Anti Avoidance Rules par le gouvernement indien dans le cadre de la renégociation des termes de notre traité de non-double imposition conclu avec ce pays.

J’ai voulu adhérer à un parti qui est issu d’un soulèvement populaire, pacifique et démocratique, et dont le but est de permettre au peuple de recouvrer le pouvoir politique qui lui appartient en choisissant ses propres candidats, ses propres dirigeants et son propre leader afin d’ériger une île Maurice 5.0 fondée sur une démocratie participative calquée à partir du modèle préconisé par Abraham Lincoln lors de son discours à Gettysburg en 1863, à savoir un gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Concrètement, qu’est-ce qui doit changer dans le pays ?
La première des choses à changer dans le pays c’est la mentalité des gens et, par conséquent, la manière de voter des gens, trop souvent motivée par des considérations d’ordre communautariste au lieu de se concentrer sur la compétence, l’honnêteté et l’éthique des candidats. Les véritables changements ne peuvent se faire que dans deux sphères très précises et distinctes : 1) avant tout au niveau de nos foyers respectifs. Nos enfants héritent de ce que nous les transmettons et je pense que le rôle de chaque parent est de transmettre plus que ce que leurs parents à eux leur ont transmis, pas forcément et uniquement en termes de patrimoine financier, mais aussi et surtout en termes d’éducation, de transmission de valeurs, de principes et d’ouverture d’esprit.

Mais encore 2) au niveau du Parlement et du gouvernement en raison des moyens substantiels à disposition. Tous les changements nécessaires, que je n’énumérerais pas pour des besoins de concision, mais aussi parce que nos propositions sont disponibles à tous en ligne, pourront alors découler d’un gouvernement composé de personnes compétentes, sincères, honnêtes et motivées, et qui placerait le bien-être de ses concitoyens au centre de toutes ses décisions politiques.

Vous dites que la première chose à changer, c’est la mentalité des gens. Mais on assiste depuis ces dernières années à un réveil de la conscience citoyenne. Ce n’est pas encore le printemps arabe, mais on voit à travers les réseaux sociaux et la radio que la conscience citoyenne commence à se réveiller sur certains enjeux nationaux et sur certaines injustices…

Définitivement ! La prise de conscience citoyenne et aussi des devoirs civiques de tout un chacun sont les éléments constitutifs indispensables d’un soulèvement populaire, pacifique et démocratique inéluctable, comme nous l’avons vu avec la crise des gilets jaunes en France, pour ne citer que cet exemple. Ce n’est que ce soulèvement démocratique qui nous permettra de mettre un terme à la médiocrité politique dont nous avons été témoin durant ces dernières décennies.

Attention, je ne dis pas qu’il n’y a pas eu de développement. Il y en a eu, certes, mais pas suffisamment eu égard aux centaines de milliards de roupies détournées depuis l’avènement de notre pays à l’indépendance. La précarité et l’extrême pauvreté dans laquelle se trouve empêtré un grand nombre de nos concitoyens en est la preuve vivante et vivide.

La baisse du pouvoir d’achat oblige la grande majorité des Mauriciens à dépenser leur argent avec une extrême parcimonie et augmenter leur endettement personnel de jour en jour. La majorité des gens que je côtoie vivent à crédit, car après avoir payé leurs dettes en début de mois, ils n’ont presque plus d’argent à partir du 15 de chaque mois et sont repartis pour un nouveau cycle d’endettement.

Pourtant, au lieu de privilégier les vrais enjeux, cette campagne est plutôt caractérisée par une vague de dénonciations touchant parfois la vie privée de certains leaders. Qu’est-ce que cela vous inspire ?
Je trouve cela totalement abjecte ! C’est de la politique de bas étage et je pense que les Mauriciens méritent bien mieux que cela. Cependant, une personne sur quatre à Maurice ne peut pas se permettre de critiquer cette “bouffonnade” à laquelle nous assistons. Vous savez pourquoi ? Parce qu’ils ont renoncé à leur droit de critiquer le pouvoir en place lorsqu’ils se sont abstenus de voter en 2104, car ils n’ont rien fait pour empêcher cela lorsqu’ils avaient eu la possibilité d’en faire autant lors des dernières élections.

Cependant, j’arrive maintenant à mieux comprendre certaines personnes qui ne sont pas allées voter en 2014, car j’ai compris qu’ils n’avaient pas de véritables choix vu qu’ils étaient confrontés aux mêmes produits périmés soigneusement emballés dans différents « jolis papiers cadeaux ». Qu’on se le dise : les partis traditionnels dits “Mainstream” sont en réalité tous les mêmes ! Le fond est toujours le même, c’est uniquement la forme extérieure qui change ! Mais aujourd’hui, 100% Citoyens vient proposer une véritable alternative face à ces partis dépassés, d’un autre temps et qu’il convient de regrouper dans un même panier. Les citoyens disposent maintenant d’un choix crédible et valable. D’autant plus que ces élections ont pour particularité d’être les seules élections législatives depuis 1968 qui comportent une majorité de jeunes parmi ses votants.

Il faut mettre un terme avec ce réflexe qui consiste à dire « ne gaspillez pas votre vote avec un nouveau parti » car, cette fois, il y a de très grandes chances que ce nouveau parti fasse la différence, vu que 100% Citoyens est en train de prendre énormément d’ampleur, de « Momentum », car les yeux du peuple se sont enfin ouverts. Aussi je lance un appel à tous nos concitoyens afin qu’ils votent pour tous les candidats 100% Citoyens de leur circonscription respective, car je pense que cette fois, c’est la bonne. Réécrivons ensemble un chapitre entier de notre histoire.