L’ancien ministre de la Santé et de l’Enseignement supérieur, Rajesh Jeetah, est catégorique : « J’ai toujours eu cette politique de ne pas accepter de “unsollicited payments” », dit-il, pour confirmer qu’il n’y a « jamais eu de “deal” avec le Dr Kishan Malhotra pour l’achat de MedPoint», et ce sans passer par un exercice d’appel d’offres, comme l’avait annoncé sir Anerood Ju- gnauth lors d’une conférence de presse le 18 avril 2012. Rajesh Jeetah réclame Rs 150 M de dom- mages moraux au ministre mentor pour diffamation alléguée.

Rajesh Jeetah avait logé sa plainte en réclamations contre sir Anerood Jugnauth en 2012, et ce à la suite des propos tenus par ce dernier lors d’une conférence de presse, lors de laquelle il commentait par ailleurs l’affaire MedPoint. Sir Anerood Jugnauth avait soutenu notamment : « Mo o kouran li ti resevwar Malhotra

de le depar dan so biro, ti fer direk deal pa pass par tender. Zot tou ti tonb dakor. »
Appelé à la barre pour donner des explications lors de ce procès, Dr Rajesh Jeetah soutient avoir été « affecté » par les propos de sir Anerood Jugnauth, ajoutant avoir eu à subir « le regard des autres » vu qu’il avait fait la une des journaux pendant un certain temps en raison de ces propos de sir Anerood Jugnauth. Rajesh Jeetah a évoqué le fait que cela s’apparentait à une « vengeance politique » car « j’avais pris le siège de sir Anerood Ju- gnauth lors des élections partielles de 2003 au No 7 » (Piton/Rivière- du-Rempart). « Sir Anerood Ju- gnauth est connu pour sa manière de dire les choses et quand il dit quelque chose, les mots restent.

Ces accusations à mon égard dans l’affaire MedPoint m’ont fait me sentir comme un voleur, comme si j’avais fait quelque chose de mal, alors que c’est faux », a avancé Rajesh Jeetah. Sur ces relations avec Navin Ramgoolam, leader du PTr, et cité par sir Anerood Jugnauth lors de la conférence de presse, Rajesh Jeetah soutient que « c’était une “Prime minister to minister rela- tionship” » et que le souci principal était les affaires de l’État.

Sur sa rencontre avec le Dr Kishan Mal- hotra en 2009, alors qu’il était ministre de la Santé, Rajesh Jeetah soutient que le gendre de sir Ane- rood Jugnauth lui avait bien fait part du fait qu’il voulait vendre la clinique MedPoint pour le pro- jet d’hôpital gériatrique. Rajesh Jeetah a toutefois précisé qu’il n’y a « jamais eu de “deal” » pour l’achat de MedPoint. « I have a po- licy of not accepting unsollicited payments. Dr Malhotra had to go through the legal procedures to be in contention for the tender. » Rajesh Jeetah a avancé avoir été convoqué par l’ICAC lors de l’enquête dans l’affaire MedPoint mais qu’il n’avait nullement été inquiété. « I did nothing wrong. I was called as a witness. » Il a aussi soutenu n’avoir « jamais usé » de son influence comme ministre pour obtenir des privilèges. Sur un autre propos de sir Anerood Jugnauth concernant la fourniture de lait Amul à Maurice, qui avait fait scandale en 2006, Rajesh Jeetah avait indiqué que « c’est Roshi Badhain qui avait mené une enquête » à ce sujet avec une équipe de “forensic experts”.

À noter que le Dr Kishan Malhotra était présent comme témoin lors du procès, accompagné de son épouse Shalini Jugnauth, la fille de sir Anerood Jugnauth. Il n’a toutefois pas été appelé à témoigner. Dans ce procès, Rajesh Jeetah est représenté par Me Rama Valayden. Sir Anerood Jugnauth, lui, est défendu par Me Gilbert Ithier, Senior Counsel.