Le dimanche 2 février, Eveline Cayama a soufflé ses 100 bougies. Cette nouvelle centenaire de Maurice vit auprès de sa belle-fille, Josée Firmin, épouse de l’un de ses fils, Michel, aujourd’hui décédé. Encore tout à fait lucide, même si elle a quelque peu perdu l’ouïe, Eveline Cayama est de celles qui ont eu un parcours très rude : fille aînée d’un foyer désuni, employée de maison dès un très jeune âge, séparation, travail très dur et peu rémunéré… Elle n’a pour ainsi dire pratiquement jamais connu le confort d’une vie matérielle. Ce qui ne l’empêche pas d’être philosophe : « De nos jours, la vie est très aisée à Maurice. Pourtant, tous n’en sont pas conscients et ne réalisent pas la chance qu’ils ont… »