Le Dimanche des Rameaux et de la Passion que les catholiques observent aujourd’hui inaugure la Semaine Sainte. Ultime étape du carême chrétien, cette Semaine Sainte sera notamment marquée par le Triduum Pascal jeudi, vendredi et samedi. Elle aboutira, ultimement, à la célébration de Pâques, la plus importante fête du calendrier liturgique, dimanche prochain. Pâques qui signifie littéralement “passage” et qui célèbre la résurrection du Christ après sa crucifixion et sa mort sur la croix.
Le Dimanche des Rameaux commémore l’arrivée triomphale de Jésus à Jérusalem quelques jours avant la célébration de la Pâque juive, fête qui fait mémoire de l’Exode des juifs de l’esclavage en Egypte sous la conduite de Moïse. Conscient de l’imminence de sa mort, le Christ choisit librement de passer les portes de cette ville qui tue les prophètes et lapide ceux qui lui sont envoyés (Mt 24, 37), prêt à vivre sa Pâque à lui, soit, son passage de la mort à la résurrection.
Même si l’heure de sa Passion est proche, l’accueil qui lui est réservé à son arrivée à Jérusalem est digne de celui dû à un roi. Mais Jésus se fait roi d’humilité. “Voici ton roi qui vient vers toi, humble, monté sur une ânesse”: en effet, contrairement aux autres rois de ce temps, Jésus, Roi des Juifs, n’arrive pas à dos de cheval, mais “monté sur une ânesse”. En refusant d’arriver sur une monture de guerriers, il signifie aussi sa vocation de “roi de paix”.
Il est significatif, à cet égard, de souligner que dans l’iconographie chrétienne usuelle, la Colombe de la Paix est souvent illustrée avec, en son bec, un rameau d’olivier. Dans l’Ancient Testament, ce rameau tout vert que ramène la colombe après le Déluge signifie à Noé que la vie a fini par régénérer sur Terre après la terrible catastrophe. Comme le Christ, au matin de Pâques, ressuscitera de la mort. Même si, enfin, bien vite, elle lui tournera le dos et ira jusqu’à réclamer sa mort, la foule reconnaît en Jésus à son arrivée à Jérusalem, “celui qui vient au nom du Seigneur”. En criant “Hosanna au fils de David, Hosanna au plus haut des cieux”, elle lui demande, littéralement: “de grâce, sauve-nous”.
En cette Semaine Sainte, l’évêque de Port-Louis, le cardinal Maurice Piat, concélèbrera avec les prêtres de son diocèse la Messe Chrismale, jeudi à 10h00 en la cathédrale Saint Louis à Port-Louis. Durant cette célébration, le Saint Chrême est consacré et les Huiles Saintes bénites alors que les prêtres renouvellent leur promesse sacerdotale. En paroisse, le soir du Jeudi Saint, c’est la commémoration de la Cène du Seigneur, le dernier repas que le Christ avait pris avec ses douze apôtres et au cours duquel il institua le sacrement de l’Eucharistie. C’est aussi le temps du rituel du Lavement des Pieds.
Le Vendredi Saint commémore le jour de la Passion, de la crucifixion et de la mort en croix du Christ. Même si la communion est distribuée en ce jour, c’est le seul jour de l’année où la messe, à proprement parler, n’est pas célébrée dans les églises. Le Vendredi Saint est, avec le Mercredi des Cendres, en début de carême, les deux jours où les fidèles sont invités à faire un effort particulier de jeûne et d’abstinence en union avec les souffrances du Christ en ce jour de commémoration de sa Passion. C’est aussi le temps de la méditation du Chemin de Croix, soit, les 14 étapes de la Passion du Christ, de sa condamnation jusqu’à sa mort en croix. En ce jour, le cardinal Piat présidera le Chemin de Croix qui partira de la cathédrale à partir de midi.
Cette année, c’est de l’église Saint-Matthieu à La Tour Koenig que sera retransmise en direct sur MBC 3 à partir de 19h30, le samedi 15 avril, la messe de la Veillée pascale. Dimanche prochain, la Messe de Pâques sera retransmise en direct sur Radio Maurice à partir de 9h00 de l’église Notre-Dame de l’Assomption, Roche-Bois.