Le président de la Mauritius Bankers Association (MBA) Alastair Bryce a déclaré hier soir que les fondamentaux appropriés sont en place pour bâtir un secteur bancaire inclusif. Proposant le “vote of thanks” lors du dîner annuel de la Banque de Maurice (BoM) en l’honneur des opérateurs économiques, Alastair Bryce, qui est également le CEO de la HSBC, a soutenu que l’industrie bancaire à Maurice est bien réglementée et bien capitalisée. Il en veut pour preuve le haut niveau d’inclusion financière dans le pays, comme démontré par une récente étude entreprise par une société sud-africaine, faisant ressortir que le secteur financier jouit d’un « high degree of trust ».
Cependant, a prévenu le banquier, il ne faut pas faire montre de complaisance, car les enjeux sont importants. La MBA continuera d’oeuvrer pour sensibiliser la population à la chose financière. Le secteur bancaire est, selon le président de la MBA, bien placé pour apporter sa contribution à une croissance économique soutenue. Se référant à l’évolution de la situation internationale, il a estimé que les changements anticipés au niveau de la politique monétaire aux États-Unis et ailleurs provoqueront des déséquilibres. Alastair Bryce ne s’attend pas à voir de sitôt une normalisation des taux d’intérêt. Notons que le gouverneur de la Reserve Bank of India, la banque centrale de la Grande Péninsule, le Dr Raghuram Rajan, s’est également adressé à l’assistance, parlant entre autres des causes de la crise financière et économique globale, de la réglementation accrue du secteur bancaire et de la redistribution des ressources. Le Dr Rajan est sur la même longueur d’onde que son homologue de la BoM à l’effet que l’inégalité est une « bombe à retardement ».