À la place de la traditionnelle messe qu’elle organise annuellement pour marquer la Journée mondiale du migrant et du réfugié, la Commission Justice & Paix du Diocèse de Port-Louis invite cette année les travailleurs étrangers de tous les secteurs à un bring & share dans les jardins du Thabor dimanche de 14 h à 17 h. L’évêque de Port-Louis, d’autres membres du clergé et des personnes au service des migrants y seront présents. Selon les organisateurs, ce sera un temps de partage dans la bonne humeur, qui donnera aussi l’occasion aux migrants de s’exprimer. Les entreprises employant des étrangers sont invitées à informer les personnes concernées de cette invitation.
Il y aurait à ce jour environ 25 000 étrangers qui travaillent à Maurice dans divers secteurs de l’économie : textile, centre d’appels, service médical, construction, hôtellerie, boulangerie. Pour le Diocèse de Port-Louis, il n’y a aucun doute que les travailleurs étrangers contribuent au progrès économique du pays. Il est cependant est très soucieux de la qualité de l’accueil réservé à ces travailleurs venant d’ailleurs, avec une pensée particulière pour ceux recrutés pour exercer dans les usines.
Lors de la messe pour marquer la Journée mondiale de la paix le 1er janvier, la Commission Justice & Paix a commencé à sensibiliser les citoyens mauriciens à ce sujet.
Cette commission diocésaine a aussi interpellé ce jour-là les autorités sur beaucoup d’aspects par rapport au séjour des travailleurs migrants.
Selon Jean-Maurice Labour, vicaire général et aumônier de la Commission Justice & Paix, il y existe deux niveaux d’accueil, l’un par la population dans la vie de tous les jours, et l’autre relevant de la responsabilité des institutions. « La population a un devoir d’accueil envers ces travailleurs étrangers parce qu’ils contribuent à l’économie. Le Diocèse de Port-Louis s’intéresse surtout à la responsabilité de la population et cette rencontre que nous organisons dimanche au Thabor pour la première fois tend dans cette direction. À travers quelques témoignages des familles d’accueil que nous entendrons ce jour-là, nous voulons donner quelques exemples d’initiatives simples pour l’intégration des travailleurs étrangers dans leur nouvel environnement et encourager davantage de citoyens mauriciens à apporter leur contribution », explique le Père Labour.
Pour expliquer aussi l’intérêt que l’Église porte aux travailleurs étrangers, Jean-Maurice Labour souligne la tenue à Maurice les 19 novembre et 20 novembre derniers du Forum mondial sur la migration et le développement sous l’égide des Nations unies et lors duquel Caritas-Île Maurice a eu une participation remarquable, notamment pour la session consacrée à la société civile. « L’année 2012 a été marquée par ce forum international sur les migrations qui pour la première fois s’est tenu dans un pays d’Afrique. Il y a eu une participation impressionnante des délégués étrangers, que ce soit au niveau des représentants des gouvernements ou ceux de la société civile. Cette réunion internationale a débouché sur de nombreuses recommandations fort intéressantes mais le plus important c’est la mise en pratique de ces résolutions. Mais verra-t-on des avancées avant la tenue du prochain forum ? » s’interroge Jean-Maurice Labour.
Les organisateurs de ce bring & share de dimanche prochain au Thabor, à Beau-Bassin, insistent sur son caractère laïc et souhaitent qu’un grand nombre de travailleurs étrangers y soient présents. Outre des invitations déjà lancées à des ouvriers bangladeshis, chinois et malgaches, la Commission Justice & Paix demande aux Mauriciens et aux responsables d’entreprises de transmettre le message aux travailleurs étrangers qui sont dans leur entourage. Pour rappel, la rencontre durera de 14 h à 17 h et l’intervention de Mgr Piat est prévue à 15 h 30.