Alors même qu’elle prépare une centaine de candidats pour les examens de “O level” et de “A level” de 2015, l’Open Community School fait face depuis le début de l’année à une nouvelle affluence de demandes pour ses cours. Cette école, fondée en septembre 2010 à l’initiative du diocèse de Port-Louis, offre la possibilité aux adultes n’ayant pu décrocher leur diplôme de SC ou de HSC, de se donner une nouvelle chance, quel que soit leur âge. Le BEC souhaiterait bien avoir d’autres community schools pour répondre à cette demande croissante mais les moyens financiers lui font défaut.
L’Open Community School (OCS), qui a démarré ses activités en septembre 2010, propose des cours menant aux diplômes de “GCE O level” et de “GCE A level” octroyés par Cambridge. L’annonce de l’ouverture de cette école par le Bureau de l’Éducation Catholique avait suscité un grand intérêt dans le public et les 500 demandes enregistrées pour les premiers cours qui allaient démarrer en septembre 2010 traduisent un besoin réel en ce sens. Depuis cette date, l’OCS enregistre régulièrement de nouvelles demandes. « Nous n’avons point besoin de faire de la publicité dans les journaux et sur les billboards ni sur le net », lance, en boutade, une des profs participant à ce projet de formation pour adultes. Les demandeurs sont de tous les groupes d’âge, allant des twenties aux fifties, et leur démarche est motivée par différentes raisons : ceux qui ont arrêté le collège très tôt, ceux qui ont échoué à ces examens de Cambridge et ceux qui ont obtenu ces diplômes mais qui veulent améliorer leurs performances.
Un grand nombre de ces demandeurs ne peuvent être admis immédiatement dans les programmes d’études de “O level” et de “A level” car n’ayant pas le niveau requis. Le BEC ne les abandonne pas à leur sort et a prévu pour eux une Foundation Course pour une remise à niveau. Pour l’heure il y a plus de 100 élèves qui se préparent avec beaucoup d’assurance pour les examens de “O level” de 2015.
Les trois premières années de cette Open Community School donnent déjà des résultats fort encourageants s’agissant de ceux qui se sont déjà présentés aux examens d’octobre/novembre 2012 (102 candidats) et aux examens de l’an dernier (une dizaine). Il y a eu en effet d’excellentes performances pour les résultats de ces deux dernières années et on relève un grand nombre de “credits” et de “A+” parmi ceux qui ont pris part au “O level” et plusieurs “A” et “B” dans le cas des examens de “A level”. Tous ceux qui ont pris par l’an dernier ont réussi dans toutes les matières qu’ils avaient choisies.
Il est bon de souligner que la finalité de ce projet est d’autonomiser les Mauriciens — avec une attention particulière pour ceux qui se trouvent dans une situation vulnérable – pour qu’ils améliorent la qualité de leur vie au plan individuel et familial. « Nous sommes heureux de pouvoir contribuer à l’amélioration de la vie de ces personnes. Grâce à ces qualifications académiques, quelques-uns ont décroché un meilleur job et d’autres ont eu une promotion dans leur travail. On a aussi appris que quelques-uns se sont engagés dans des études tertiaires », dit Gilberte Chung, directrice du BEC.