Dans son message de Noël aux Mauriciens, en tant qu’administrateur du diocèse de Port-Louis (en l’absence de Mgr Maurice Piat), le père Jean-Maurice Labour a choisi pour thème “l’optimisme de Dieu” qui rejoint, selon lui, celui des hommes « pour un monde meilleur ». Soit un message très “collé” au nouveau contexte politique local et dans lequel le vicaire général souligne les aspirations et les rêves des Mauriciens. « Le résultat sans appel des élections nous donne un immense espoir que notre pays peut rebondir de ses découragements, sortir de son pessimisme pour réaliser ses rêves et ses aspirations. Dieu vient à Noël se réjouir avec nous », dit le père Labour dans ce message rendu public aujourd’hui.
L’administrateur du diocèse de Port-Louis a livré un message à consonance politique d’un bout à l’autre et sur un ton plein d’optimisme pour notre pays. Il revient sur la campagne électorale qui, selon ses observations, a laissé transparaître un certain désir des Mauriciens par rapport à la capacité du pays à s’organiser économiquement et socialement pour que chaque citoyen ait sa place. « À travers les discours enflammés lors des meetings ou dans les médias, dans les bases nocturnes ou dans les salles paroissiales, dans les forums d’intellectuels ou dans les boutiques, au coeur de la fièvre électorale qui a écarté un moment la passion du football, n’était-ce pas les rêves d’un pays réconcilié qui nous habitaient ? Rêve que prime la méritocratie sur le favoritisme envers la race, la culture ou la religion ; rêve d’une société où disparaîtraient les inégalités sociales ; rêve d’une construction nationale dans le respect de la diversité des religions et des cultures. » Il ajoute que les Mauriciens vivent actuellement « un grand moment de démocratie » et que « les aspirations les plus profondes qui habitent le coeur de chaque Mauricien se sont exprimées, ont été rejointes, se sont traduites par l’installation d’une nouvelle équipe au gouvernement ». Le peuple, dit-il, « s’est exprimé massivement pour un renouvellement », ajoutant : « Comme le pape François, nous croyons que ce peuple a le flair des nouveaux chemins dont notre pays a besoin. » Et de souhaiter que ce « renouvellement » dont il fait état « se traduise aussi par la manière de faire la politique » en suggérant un dialogue permanent avec la société civile. Jean-Maurice Labour prévient néanmoins les nouveaux dirigeants que la vigilance citoyenne ne sera pas mise en veilleuse. Dans le même souffle, il dit que l’Église catholique souhaite une nouvelle manière de dialoguer entre religieux et politiciens, entre société civile et gouvernement, mais « dans un partenariat qui distingue l’originalité des champs d’action des uns et des autres ».
En ce temps de Noël, le vicaire général en appelle aussi à la responsabilité des chrétiens pour qu’ils soient « à l’écoute du monde d’aujourd’hui » et qu’ils témoignent de leur foi d’une manière concrète. Le père Labour insiste sur une foi active et pleine d’optimisme. « Vivre en chrétien, c’est retrousser nos manches pour que l’optimisme qui nous habite ne soit pas une euphorie passagère. Il n’est donc pas question de passer les fêtes dans un optimisme béat, mais plutôt d’agir, dans la durée, avec ceux qui nous entourent pour que le monde soit plus juste et fraternel. En ce temps de Noël et de renouveau politique, soyons optimistes ! »