Le ministre des Affaires étrangères, Étienne Sinatambou, a procédé mardi soir au lancement d’une antenne de UK Trade and Investment à Maurice lors d’une cérémonie organisée à Westminster House à Floréal.
« Tenant en compte sa location stratégique dans la région et sa capacité de fournir une large variété de services efficacement, Maurice se présente comme une plateforme idéale pour se connecter avec le continent africain. Nous espérons que des possibilités de coopération triangulaire entre Maurice, la Grande Bretagne et les partenaires africains pourront se développer », a dit le ministre des Affaires étrangères, Étienne Sinatambou, dans son discours de circonstance.
C’est la première fois que le UK Trade and Investment dont le bureau régional se trouve en Afrique du Sud ouvre une antenne régionale à Maurice. « J’espère que l’établissement de ce bureau commercial dans l’île permettra de donner le coup d’envoi d’un vrai partenariat alors que nous cherchons à porter les relations bilatérales à un niveau supérieur. Cette démarche s’inscrit dans la volonté d’aider Maurice dans son ambition d’atteindre le statut d’un pays à revenus élevés », a affirmé Andrew Henderson, le commissaire britannique pour le commerce basé en Afrique du Sud. Il a rappelé que la Grande Bretagne figure parmi les principaux investisseurs à Maurice. Durant les six premiers mois de l’année dernière, la Grande Bretagne a investi plus de Rs 775 millions à Maurice contre Rs 500 m durant toute l’année 2013. Les échanges commerciaux entre nos deux pays ont atteint le montant de Rs 10 milliards entre janvier et septembre de l’année dernière.
M. Henderson a observé que les hommes d’affaires britanniques peuvent jouer un rôle majeur, tenant en compte leur expertise en matière de services financiers, pour aider le secteur financier mauricien à se développer davantage. Il s’est réjoui qu’un bon nombre d’hommes d’affaires mauriciens fassent le déplacement à Londres en mars pour participer à la London City Week qui réunit les têtes de pont de l’industrie des services financiers au niveau international.
Étienne Sinatambou a insisté sur les relations historiques entre Maurice et la Grande Bretagne. Ce pays représente un marché important pour les produits textiles, le sucre et les produits de la mer mauriciens. De plus, Maurice a importé pour une valeur de Rs 348 millions de la Grande Bretagne en 2013.
Le ministre a aussi rappelé la contribution de la Convention de Lomé et de l’Accord de Cotonou dans les relations commerciales entre Maurice et la Grande Bretagne. Malheureusement ces accords ont été considérés comme incompatibles aux règles du commerce multilatéral prévues par l’Organisation Mondiale du Commerce. « L’accord de partenariat économique intérimaire a permis de maintenir l’accès préférentiel de nos produits sur le marché britannique. En ligne avec la volonté du gouvernement de créer à Maurice une économie basée sur les services, la conclusion d’un accord complet concernant les partenariats économiques est devenu cruciale afin d’englober les services et les investissements », a dit Étienne Sinatambou.
Le ministre mauricien a aussi observé que la Grande Bretagne est un partenaire clé vers la création d’une « knowledge-based economy ». « La participation de la Grande Bretagne à l’effort visant à positionner le pays comme un knowledge hub sera la bienvenue », a dit Étienne Sinatambou. Il a aussi souligné l’ambition de Maurice de devenir un centre régional pour la résolution des conflits commerciaux. Maurice a conclu un accord de partenariat avec la London Court of International Arbitration (LCIA) dans le but de créer un centre d’arbitrage indépendant comme la London Court of International Arbitration-Mauritius International Arbitration Centre.
La soirée de mardi a aussi été marquée par la présentation par la firme 20 sur Vin d’une variété de produits écossais dont des marques exclusives de whisky produites uniquement à base de malt en Écosse.
Par ailleurs, le haut-commissaire britannique, Jonathan Drew et Andrew Henderson ont eu une session de travail avec les dirigeants de la Mauritius Chamber of Commerce hier. Les deux parties ont souhaité une relance des échanges commerciaux entre la Grande Bretagne et Maurice. Le président de la MCCI, Sébastien Mamet, s’est réjoui de l’ouverture d’un bureau britannique consacré au commerce et à l’investissement et a souligné la longue histoire de coopération entre la Grande Bretagne et Maurice. Il a rappelé que durant les dix dernières années les échanges commerciaux ont enregistré une baisse sensible, passant de Rs 22 milliards à Rs 10 milliards.