Piero Colonna occupe les fonctions de consul honoraire de Maurice en Suisse depuis l’année dernière. Profitant de son séjour à Maurice au début du mois, il a eu une série de consultations avec les membres de gouvernement et des dirigeants du secteur privé avant de regagner la Suisse à la fin de la semaine dernière.
Piero Colonna a ainsi rencontré le Premier ministre Navin Ramgoolam, le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell et celui du Tourisme Michaël Sik Yuen. Il s’est également entretenu avec le président et le directeur de la MTPA, respectivement Robert Desvaux et Karl Mootoosamy, le directeur du BOI Ken Poonoosamy, la directrice de la FSC Clairette Ah Hen ainsi que plusieurs responsables d’entreprises privées.
Maurice ne dispose pas d’ambassadeur résident en Suisse où elle est représentée par Jacques Chasteau de Bayon avec résidence en France. Toutes les questions de visa sont donc traitées à partir de Paris. Selon Piero Colonna, premier consul mauricien a être nommé en Suisse, un gros travail doit être abattu afin de mieux faire connaître Maurice dans ce pays. L’île, selon lui, est surtout connue comme une destination touristique pour les vacances en particulier. « Les Suisses connaissent Maurice pour le sable, le soleil et la mer. Ils ignorent tout de l’île Maurice profonde et réelle. Par conséquent ils ont très peu de documentations sur les possibilités d’investissement, sur l’ambition de Maurice de devenir une plateforme régionale pour le commerce et l’investissement entre l’Asie et l’Afrique », souligne Piero Colonna. Selon lui, il est impérieux que les autorités développent une stratégie de promotion intégrée et synchronisée. Ainsi, Air Mauritius, la MTPA, le BOI devraient entreprendre une action commune.
« Maurice est un bijou dans l’océan Indien, ayant un cachet culturel unique avec sa multiculturalité, ses ressources humaines et ses compétences dans tous les domaines où elle est engagée. C’est un État de droit. Il faut promouvoir une image plus élargie de Maurice où les intérêts sont multiples », estime-t-il.
Selon lui, il y a des possibilités d’investissement qui doivent être explorées en Suisse dont l’industrie pharmaceutique. Il estime qu’il y a un intérêt croissant parmi les Suisses fortunés à faire l’acquisition de résidences privées pieds dans l’eau. M. Colonna estime que le gouvernement aurait dû permettre aux étrangers de faire l’acquisition d’une maison à partir d’un prix à être déterminé dans des régions autres que les IRS et les RES.
Piero Colonna connaît Maurice depuis 1997 lorsqu’il a participé aux négociations en vue de permettre à Air Europe d’atterrir à Maurice.
Marié à une ressortissante mauricienne, il visite régulièrement le pays.