Le Maritim Hotel, à Balaclava, accueillera lundi et mardi prochains le 4e « dialogue politique » entre Maurice et l’Union européenne. Ce « dialogue » entre les pays des ACP (dont Maurice fait partie) et de l’UE, conformément à l’article 8 de l’accord de Cotonou, a notamment pour objectif d’échanger des informations, d’encourager la compréhension mutuelle ainsi que de faciliter la définition des priorités et des principes communs.
Conformément aux dispositions de l’article 8 de l’accord de Cotonou, le dialogue politique entre les pays des ACP (Afrique, Caraïbe et Pacifique, dont Maurice fait partie) et de l’Union européenne (UE – voir encadré), exige que les parties mènent, de façon régulière, un dialogue politique global, équilibré et approfondi conduisant à des engagements mutuels. Ce dialogue a en effet pour objectif, entre autres, d’échanger des informations, d’encourager la compréhension mutuelle ainsi que de faciliter la définition des priorités et des principes communs, en particulier en reconnaissant les liens existant entre les différents aspects des relations nouées entre les parties et entre les divers domaines de la coopération prévus par l’accord de Cotonou (voir encadré).
Ainsi, dans le cadre de la réunion du 18 janvier, les délégations examineront les questions liées à la coopération Maurice–UE, notamment les enjeux économiques, commerciaux et environnementaux. A travers ce dialogue, les différentes parties contribuent à la paix, à la sécurité et à la stabilité, ainsi qu’à la promotion d’un environnement politique stable et démocratique.
Les questions qui seront à l’agenda de la 4e session du dialogue politique entre l’UE et Maurice porteront  notamment sur les accords de partenariats économiques (APE), les accords de partenariats de l’UE sur la pêche et la lutte contre la pêche illégale, le nouveau partenariat entre l’UE et les pays ACP après 2020, les enjeux de la sécurité alimentaire dans le contexte de l’après Cotonou, les projets des fonds européens en cours de réalisation à Maurice, le changement climatique et les objectifs de développement durable, ainsi que les pratiques de bonne gouvernance à Maurice.
La délégation mauricienne sera menée par le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et du Commerce international Etienne Sinatambou et comprendra aussi l’Attorney General Ravi Yerrigadoo, le ministre de l’Agro-industrie et de la sécurité alimentaire Mahen Seeruttun, le ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance Sudarshan Bhadain, le ministre de l’Economie océanique, des Ressources marines et de la Pêche Premdut Koonjoo et le ministre de l’Environnement, du Développement durable et de la Protection contre les catastrophes naturelles et de la Beach Authority, Raj Dayal.
La délégation de l’UE, elle, sera menée par Marjaana Sall, ambassadrice et chef de la délégation européenne à Maurice. La délégation de l’UE  comprendra aussi six ambassadeurs résidents et non-résidents de l’UE accrédités à Maurice, représentant respectivement la France, la Grande-Bretagne, l’Irlande, l’Espagne, la Croatie, l’Autriche et le Portugal.