Le MMM a « énergiquement protesté » auprès de la Commission électorale contre les directives de l’IBA interdisant aux radios d’animer des programmes politiques dans le cadre des élections municipales. C’est ce qu’a indiqué le député mauve Steve Obeegadoo, hier au Parlement, alors qu’il s’excusait du retard pris pour venir prononcer son discours sur les débats budgétaires.
Poursuivant sur le même sujet, le député du N°17 (Curepipe/Midlands) devait estimer qu’il « prévaut au sein de cette assemblée une atmosphère sans précédent ». Il a prié les membres du gouvernement de se montrer plus démocrates, ceux-ci protestant à tout bout de champ lors de son intervention. Il a regretté que les élections se déroulent en même temps que les débats budgétaires, une première, dit-il. « Depuis l’Indépendance, jamais l’atmosphère n’a été telle lors des débats budgétaires. C’est dommage. Les élections auraient pu avoir lieu avant ».
Et de demander : « Quel était le calcul ? Était-ce pour détourner l’attention des élections ou du Budget ? »
Steve Obeegadoo a dénoncé l’absence du ministre des Finances lors des débats budgétaires. « Il y a eu beaucoup de conventions au Parlement. Le ministre fait la présentation du budget et il écoute ses collègues mais aussi l’Opposition. Mais, pour la deuxième année consécutive, le ministre des Finances est totalement absent y compris lorsque ses collègues parlent ».
Il soutient qu’« on a observé la convention qui est d’être présent lorsque le ministre des Finances présente son Budget. Pour l’Opposition, cette attitude est insultante. Ce qui explique de notre côté notre absence en quelques occasions durant ces débats ».
Par ailleurs, lors de son intervention pour les débats budgétaires elle-même, Steve Obeegadoo a dit hier sa profonde inquiétude quant à la distribution de repas chauds aux élèves des écoles ZEP. « Qui va préparer ces repas ? Je n’ai pas trouvé de réponses. Le ministre des Finances a dit à la radio que cela serait confié aux PTA. On va confier ces repas chauds à des parents sans expérience en la matière ? » s’est-il interrogé.
La deuxième question que le député de l’Opposition se pose à ce sujet est « qui va apporter ces repas et comment ». Pour lui, il faudrait confier la responsabilité à une firme confirmée dans le domaine. Il s’est par ailleurs demandé pendant combien de temps ces 500 repas chauds par école allaient être stockés avant d’être servis. « Où va-t-on servir ces repas ? Il n’y a pas de salle à manger. Dans les classes ? Avec quels couverts ? Qui procédera au nettoyage si cela va se faire dans les salles de classe ? » a-t-il poursuivi.
En tant qu’ancien ministre de l’Éducation, Steve Obeegadoo a reconnu que ce projet de repas chaud est louable, mais, dit-il, « j’aurais procédé par étape. D’abord, construire une grande salle de déjeuner pour chaque école, ensuite pourvoir les écoles en facilités de réfrigération et par ailleurs insérer ce repas dans une perspective pédagogique. Je demande à ce que le projet soit planifié ».
Par ailleurs, pour le député du MMM, « nous avons eu droit à un budget sans idée forte, fade ». Si l’on songe aux problèmes des Mauriciens au jour le jour, tels « la sécurité, le chômage qui ne cesse de croître, la vie chère, il n’y a rien qui puisse les améliorer », dit-il. Au niveau des services sociaux, « ce budget n’apportera rien. Au niveau de l’éducation, il y a inadéquation avec le marché du Travail. Ce n’est pas ce budget qui changera quelque chose ».
Parlant du chômage, le secrétaire général du MMM a exprimé sa crainte surtout concernant les jeunes diplômés. Il estime qu’une allocation de formation devrait être versée aux jeunes âgés entre 16 et 20 ans.