Désormais, chaque ministère sera doté d’un “disability desk” pour prendre en compte les besoins spécifiques des handicapés. C’est ce qu’a annoncé lundi matin la ministre de la Sécurité sociale et de la Solidarité nationale lors de l’ouverture du Dis’Ability Business Forum au centre de conférences Swami Vevekananda, à Pailles. L’exercice, a précisé Sheila Bappoo, sera effectué dans le cadre de l’entrée en vigueur d’une nouvelle Comprehensive Disability Act.
D’emblée, la ministre a expliqué que ce Dis’Ability Business Forum – qui réunit des handicapés, leurs parents, des représentants des employeurs ainsi que ceux des ministères et autres département du gouvernement – vise à « booster la curiosité et l’intérêt » des employeurs en faveur des personnes handicapés en vue de leur embauche.
« Je lance un appel aux employeurs du pays : changez votre regard, votre attitude et votre mentalité envers les handicapés », déclare Sheila Bapoo. « Ce sont les employés qui doivent changer leur mentalité par rapport à l’employabilité des personnes handicapées. Ils doivent avoir accès à la formation et à l’éducation en vue de leur embauche, non pas par charité, mais par respect pour leurs droits ! » a-t-elle insisté.
Dans ce contexte, le Conseil des ministres a approuvé il y a deux semaines un Strategic and Action Plan on Disability 2014-2024. « Ce plan d’action pour le secteur des handicapés donne le détail de notre vision sur l’inclusion sociale des handicapés dans une société sans barrière pour les 10 prochaines années. Il tourne autour de trois grands axes », a-t-elle précisé. D’abord, l’entrée en vigueur prochaine d’une nouvelle Comprehensive Disability Act, puis la mise sur pied d’une structure nationale pour un service « efficace » pour les handicapés, et enfin la création d’un “disability desk” dans chaque ministère et département du gouvernement, et ce dans le but d’assurer une meilleure prise en compte des besoins spécifiques des personnes ayant un handicap. « Chacun se sentira alors obligé de s’intéresser au sort des handicapés ! » a-t-elle martelé.
Dans le cadre de ce plan d’action de 10 ans, la Training and Employment of Disabled Persons Board Act (TEDPB) sera amendée afin que la fonction publique et les agences du gouvernement aient également l’obligation d’employer des handicapés à hauteur de 3% de leur personnel, selon la nature de leurs fonctions. « Outre le secteur privé, le secteur public doit, lui aussi, être concerné et faire de la place pour les handicapés dans leur personnel », a précisé l’intervenante.
En réponse à une demande de la présidente du TEDPB, Danielle Wong, qui avait auparavant plaidé pour la distribution de smartphones ou de tablettes aux handicapés, Sheila Bappoo a expliqué que son ministère en a déjà fait provision pour les étudiants du secondaire et du tertiaire. « Pour les quelque 300 étudiants handicapés concernés, le problème d’accessibilité et de communication sera alors chose du passé », s’est-elle félicitée.
Auparavant, le président de la Global Raibow Foundation, Armoorgum Parsuramen, avait plaidé pour une meilleure accessibilité des bâtiments aux handicapés moteurs. Il a aussi réclamé un service de conseil légal pour les handicapés. La présidente du TEDPB, Danielle Wong, elle-même en fauteuil roulant, a, pour sa part, expliqué son engagement auprès des handicapés. « C’est en réponse à ma prière que j’ai été nommée présidente du TEDPB. »
Précisons que le Dis’Ability Business Forum, étalé sur deux jours, vise à permettre aux employeurs du pays d’avoir une idée de l’employabilité des handicapés et de proposer à ceux-ci des possibilités d’emplois. Outre une “job fair”, trois ateliers sont prévus, à savoir deux lundis et un troisième mardi.