M. le Premier Ministre, tout protocole respecté, Mesdames, Messieurs.
En ma qualité de Président du Mauritius Turf Club, et au nom de mes collègues commissaires, j’ai le plaisir et l’honneur de vous accueillir sur ce site qui, il y a deux siècles, vit naître et s’épanouir l’organisation des courses de chevaux.
Nous célébrons, en effet, ce soir une vénérable autorité hippique de même qu’une vigoureuse antériorité. Notre Turf Club ne cède en ancienneté qu’au Jockey Club d’Angleterre, fondé en 1750, et au Irish Turf Club 40 années plus tard. Nous sommes donc le troisième organisateur de courses au monde moderne.
Cette pérennité, nous la devons à la profonde volonté d’apaisement et de rassemblement que manifesta sir Robert Farquhar dans ses communiqués à la conquête de l’île en 1810. Cet ardent désir de conciliation animait également Lady Farquhar. Ce fut surtout elle, épouse d’origine française de sir Robert, qui, secondée par les officiers Sale, Picton, Streatfield et Teesdale, établit les tout premiers règlements des courses qui se déroulèrent au Champ de Mars le 25 juin 1812. Depuis cette date, la population de l’île, dans la richesse de sa diversité, se retrouve en ces lieux, animée dans une égale passion vouée au cheval dans l’éblouissante fluidité de sa course.
Succédant aux Farquhar bien plus tard, le Colonel Draper consolida les assises du Turf Club pendant son long mandat de presque trois décennies (1814-1841) avec un dévouement et une générosité qui lui valurent l’admiration de ses contemporains et, de notre part, 200 ans plus tard, une bien fidèle reconnaissance. Cette durée dans la ferveur de l’action qui nous réunit ce soir, nous la devons à tous ces brillants prédécesseurs.
Et que de chemin parcouru en 200 ans ! À l’origine, deux ou trois courses avec quelques chevaux trois jours de suite. C’était tout pour le reste de l’année. En revanche, un public considérable et enthousiaste convergea dès le début vers le Champ de Mars. Le ton était donné. Nous sommes aujourd’hui les dépositaires de cet engouement, un engouement devenu traditionnel, que nous entendons perpétuer. Perpétuer comment ?
Par une constante amélioration de l’organisation des courses de chevaux. Cette constante révision comprend déjà, entre autres, les services d’un laboratoire certifié ISO et internationalement reconnu ; l’importation de chevaux par fret aérien à la place d’un épuisant séjour en mer ; un centre de récupération à Floréal pour nos coursiers après l’effort ; des équipements électroniques plus sophistiqués pour le contrôle des courses ; des    pistes    d’entraînement    mieux conditionnées ; un programme de 38 journées dans l’année, avec en clôture des joutes internationales de haut niveau comprenant quelques-unes des plus fines cravaches du monde hippique ; nos commissaires de courses jouissent d’une entière indépendance d’analyse et de décision avec une Commission d’Appel en cas de litige.
Nos relations internationales comprennent des accréditations auprès de la Fédération internationale des autorités hippiques, de l’Asian Racing Federation et de la Fegentri, organisme qui groupe Gentlemen Riders et Cavalières. Et sur ce chapitre de féminisation, il me plaît de souligner que le Mauritius Turf Club est aujourd’hui accessible aux dames.
Constitutionnellement, la nécessité est apparue de rendre nos statuts mieux adaptés aux nouvelles exigences administratives et financières. Ils nous permettent, une fois ratifiés, de souligner le nouvel élan que les commissaires administrateurs entendent donner au Turf Club. Ils nous engagent à mieux faire connaître et à défendre l’image de notre autorité hippique ainsi que les valeurs que le Club symbolise par des actions exemplaires sur le Champ de Mars.
Techniquement, les Rules of Racing sont régulièrement mis à jour avec, en clé de voûte, pour un engagement de saine discipline et de sportivité, une charte de déontologie à laquelle nous adhérons tous. Et demain, espérons-le, un nouvel hippodrome encore plus conforme aux normes internationales.
Voilà, un bref aperçu de ce que nous avons été, de ce que nous sommes et de ce que nous aspirons devenir, encore plus de dévouement à la tradition que nous a léguée les Farquhar et Draper.
My colleagues and i would like to express our appreciation to guests and friends coming from different countries for their support to the MTC.
Sans oublier le plus important : encore plus d’affection pour celui qui est absent ce soir et qui pourtant hante nos rêves et nous unit dans un même élan d’admiration pour sa classe et sa beauté : le cheval.
Ena kat personnalités qui fine marque moi dans mo carrière au Champ de Mars, SSR, Gaëtan Duval, Mika et Jean Halbwachs
ki fine transmet zot passion.
Avant de terminer, je voudrais remercier :
les autorités gouvernementales pour leur soutien, en particulier le Prime Minister’s Office, la mairie de Port-Louis
la police, les sponsors, nos stakeholders, les professionnels de courses, les propriétaires de chevaux et l’AEPS, nos partenaires privilégiés, l’ensemble du personnel du MTC, sans oublier le public turfiste.