Les dirigeants du Remake 2000 de l’alliance MSM/MMM, sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger, devront confirmer l’absence des parlementaires de l’opposition aux séances de l’Assemblée nationale consacrées aux débats sur le discours-programme 2012/2015 prononcé par la présidente de la République par intérim, Monique Ohsan-Bellepeau, lundi dernier. Cette décision a été avalisée, hier après-midi, lors de la réunion conjointe en la résidence de sir Anerood à La Caverne. Cet après-midi, leur point de presse devrait servir en partie à expliquer les raisons justifiant cette démarche. Par ailleurs, les deux dirigeants de l’alliance MSM/MMM devront remettre en question de légitimité du gouvernement de Navin Ramgoolam à venir de l’avant avec certaines des mesures contenues dans le discours-programme, dont entre autres la révision des pouvoirs et le recours au suffrage universel pour élire le président de la République.
« En décidant de ne pas participer aux débats parlementaires sur les propositions du programme gouvernemental 2012/2015, l’opposition n’apportera pas sa caution à ce qu’elle a qualifié de déjà-vu ou encore de réchauffé. Nous voulons être logiques envers nous-mêmes en nous retirant de l’hémicycle sans abdiquer à nos responsabilités d’acculer le gouvernement lors des PNQs et du Question Time sur les scandales et autres manquements du gouvernement », soutiennent des sources concordantes au sein de l’opposition après les discussions d’hier après-midi à La Caverne.
Lors du point de presse de cet après-midi, sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger devaient tirer à boulets rouges sur le gouvernement Ptr/PMSD « pour le discours-programme, qui ne contient rien de nouveau et que du réchauffé ». L’argumentation développée par l’opposition s’articule autour du fait que le gouvernement de Navin Ramgoolam ne détient aucune légitimité pour tenter de proposer des changements que ce soit par rapport aux pouvoirs du président de la République ou encore le choix de celui-ci par suffrage universel.
« Sa Gouvernman Navin Ramgoolam pena okenn manda pou amenn sa bann sanzman. Ki référendum li pe koze ? Kouma sir Anerood inn dir, nek éna boukou koze. Nou pou fer sa vinn enn Non-Starter », poursuivent les principaux lieutenants en attendant les premières déclarations conjointes de cet après-midi.
L’objectif prioritaire, avec les travaux de l’Assemblée nationale ajournés au mardi 8, demeure les préparatifs pour le rassemblement politique du 1er mai. Dans les milieux proches de sir Anerood Jugnauth, l’on confirme que le dossier du cambriolage au bungalow du Premier ministre à Roches-Noires, commis l’année dernière, fait partie de l’arsenal politique qui sera utilisé lors du meeting devant la municipalité de Port-Louis.
« Sir Anerood continue à étoffer son dossier sur ce cambriolage de Roches-Noires. Nous sommes convaincus qu’il aura des choses à dire sur les dessous de cette affaire, qui n’a pas été élucidée à la satisfaction de la population. Il travaille également sur les dossiers qui devront faire l’objet d’enquêtes approfondies une fois le nouveau gouvernement MSM/MMM en place », affirme-t-on du côté de Sun Trust.
Toujours en ce qui concerne les préparatifs en vue du 1er mai, le leadership du Remake 2000 de l’alliance MSM/MMM a déjà établi la liste des intervenants, soit dix au total, avec la présidence animée par Arianne Navarre-Marie du MMM. Les orateurs du MMM seront Paul Bérenger, Alan Ganoo, Rajesh Bhagwan, Reza Uteem et Veda Baloomoody et pour le MSM, l’on devra retrouver sir Anerood Jugnauth, son fils le leader du MSM Pravind Jugnauth, ainsi que Nando Bodha, Showkutally Soodhun et Leela Devi Dookun.
Avec les derniers développements au sein du Remake 2000, le nom d’Éric Guimbeau, leader du MMSD, ne figure pas sur la liste. Les dirigeants du MSM/MMM ont pris la décision de “take time” avec le cas du leader du MMSD, même si celui-ci a affirmé au Mauricien que « je n’ai jamais fait partie du Remake 2000 ».