Le discours-programme reflète l’effort que le gouvernement veut déployer pour réconcilier le développement économique et le social, relève le directeur du Joint Economic Council, Raj Makoond. « C’est très important du point de vue du développement global », a-t-il observé.
Pour le directeur du JEC, le discours-programme contient des mesures susceptibles de relancer l’investissement et des projets encore en attente. Il se réjouit que le besoin d’engager le privé dans la stratégie de développement a été mentionné. Il accueille aussi favorablement la volonté d’imposer une plus grande discipline au niveau macroéconomique. La volonté de réduire le taux de la dette nationale au niveau de 50 % du PIB est un objectif très valable, dit Raj Makoond, qui relève également la volonté du gouvernement de relancer différents secteurs économiques et de les aider à faire face aux nombreux défis qui se présentent à eux. Il souligne les efforts faits pour pousser au maximum des secteurs économiques naissants comme le bunkering, l’économie bleue, le secteur des TIC et les mesures en vue de donner une valeur ajoutée plus grande au secteur des services. Le directeur du JEC salue également les mesures en vue de faciliter la création d’emplois ainsi que la décision d’augmenter la durée du YEP d’une année à deux ans. Parmi les autres secteurs mentionnés par le discours-programme, Raj Makoond relève le knowledge hub. L’annonce de la présentation de la Higher Education Act qui permettra de renforcer la Tertiary Education Commission (TEC) est bien accueillie. Au chapitre de la bonne gouvernance, Raj Makoond estime que les mesures annoncées concernant l’accountability des corps para-étatiques permettront d’optimiser la performance de ces institutions. Les mesures concernant l’optimisation du port et de l’aéroport sont, dit-il, les bienvenues mais le plus important est la consolidation de la sécurité au niveau du port. « Certaines compagnies maritimes avaient menacé de quitter Maurice à cause de ce problème », observe M. Makoond. La volonté de transformer l’aéroport en un « aviation village » va dans le bon sens.
Le directeur du JEC accueille favorablement des mesures annoncées concernant la sécurité dans le pays. Il est important, dit-il, de régler également le problème des marchands ambulants qui permettra de résoudre une bonne partie des problèmes relevant de la sécurité.
M. Makoond estime toutefois que le gouvernement n’a pas mis suffisamment l’accent sur l’ouverture du pays aux « high skills » ce qui aurait permis de gagner du temps dans le lancement de « high network projects » en attendant que les cadres mauriciens soient formés.
Par ailleurs, au niveau politique, le MMM n’a pas souhaité pour le moment faire de commentaires. Pour sa part, Shakeel Mohamed, chef de file du PTr au Parlement, a souligné l’importance d’une opposition unie et a observé que le rôle au niveau de l’opposition est de veiller à ce que le programme dans son intégralité soit mis en oeuvre. « Si tous les éléments du programme sont mis en oeuvre, ce sera une bonne chose pour le pays ». Shakeel Mohamed a observé que le nouveau gouvernement a obtenu un mandat en vue de faire les choses différemment dans la transparence intégralement, pas partiellement. Il a déploré que contrairement à ce que le nouveau gouvernement avait promis, des nominations n’ont pas été faites en toute transparence. Il a cité le cas de l’ICAC dont le président aurait été nommé sans consultation avec le leader de l’opposition. De plus, certains postes ont été confiés à des proches du pouvoir, a-t-il constaté.