Pravind Jugnauth a annoncé, lors de son intervention dans le cadre des débats sur le discours-programme, que le ministère des Technologie de la Communication et de l’Innovation (TCI) travaille de concert avec les Fournisseurs d’accès à Internet (FAI) en vue de connecter 50 000 nouveaux foyers à l’Internet haut débit d’ici la fin de l’année. Le ministre des TCI s’est aussi appesanti sur la définition du terme “broadband”, dont la norme est à revoir à la hausse dans le contexte local.
La connectivité internet, le haut débit, les TIC et l’innovation seront au coeur des stratégies économiques et sociales de l’État, a déclaré Pravind Jugnauth hier après-midi. Le ministre est d’avis que le secteur des TIC a le potentiel et le dynamisme pour booster la croissance économique à travers la création d’emploi et de la richesse. Le gouvernement mettra en oeuvre les mesures nécessaires afin d’attirer les investissements directs étrangers et autres global players ayant une volonté à établir leurs opérations à Maurice dans les secteurs suivants : BPO Non-Voice (Back Office, Payroll, Finance & accounting, Legal Process Outsourcing); Information Technology Outsourcing (software development, Mobile apps development, Web development, E-commerce, Multimedia); et IT Services (Data Centres, Disaster Recovery, Training and Consultancy). L’État veut également développer le pays comme une plateforme offrant des services pour l’Afrique dans le domaine des TIC. « Mauritius has the potential for becoming the new business platform for Africa and position itself as the gateway between Asia and Africa. This Government is committed to fully maximize the potential of the African dividend », a déclaré Pravind Jugnauth.
Tous ces projets ne pourront toutefois pas être réalisés sans une bonne connectivité, laquelle « se traduit par une connexion haut débit digne de ce nom », a fait comprendre Pravind Jugnauth. Le haut débit, d’après le ministre des TCI, devrait être accessible à tout un chacun et dans chaque foyer. Dans ce contexte, son ministère va bientôt formuler des propositions sur les stratégies à adopter afin de faire de cette ambition une réalité, a annoncé Pravind Jugnauth hier. Le ministère a déjà démarré les travaux avec les FAI afin de connecter au moins 50 000 nouveaux foyers aux quatre coins du pays au haut débit. Dans la même lignée, des wi-fi hotspots gratuits seront déployées à travers l’île, soit environ 300, y compris dans les écoles, les centres communautaires, les shoppings malls, les campus, bibliothèques et à l’aéroport. Il s’agit d’un projet figurant parmi les priorités dans l’agenda du ministère des TIC dans un futur proche, a souligné Pravind Jugnauth.
Selon lui, la définition et le concept du terme haut débit à Maurice est à revoir. Le ministre a fait comprendre que la capacité actuelle du haut débit, tel qu’il est fourni à Maurice, doit être revue à la hausse comme dans les autres pays où le haut débit équivaut à une vitesse standard de 100 Mpbs ou plus. Le standard à Maurice devrait donc être revu à la hausse, selon le ministre. Le ministère, en consultations avec les parties prenantes de l’industrie, travaille actuellement sur l’élaboration d’un plan d’action intégré dans le but de proposer une connectivité haut débit de base à tous d’ici 2016. Le ministre Jugnauth a proposé que la norme commence à 30 Mbps pour évoluer d’ici 2020 à 100 Mpbs.
La sécurité et la protection des données seront également des piliers clés de la stratégie numérique du ministère. « Nous devons revoir tous nos systèmes de sécurité informatiques pour être en conformité avec les meilleurs dans le domaine des stratégies en matière de cybersécurité. Toute entorse, cybercrime et fraude doivent être facilement mis à jour et traitées dans le cadre de la loi », a souligné Pravind Jugnauth.
Abordant le volet de l’innovation, le ministère compte travailler de concert avec le secteur privé, les institutions tertiaires et de recherches sur un plan d’action en vue de stimuler l’innovation au sein des créateurs et des inventeurs. Auparavant, Pravind Jugnauth s’est dit « impatient » de voir la nomination d’Ameena Gurib-Fakim à la présidence du pays. « Nous allons marquer l’histoire avec une femme à la présidence du pays pour la première fois », a-t-il dit.