Réagissant aux propos du Premier ministre qui dénonçait, lundi à l’inauguration de l’hôtel St Régis, au Morne, la discrimination salariale et le licenciement économique dans l’hôtellerie, le syndicaliste Reeaz Chuttoo, prenant Navin Ramgoolam au mot, lui a demandé d’amender l’Employment Rights Act et l’Employment Relations Act pour remédier à la situation et protéger les travailleurs.
« Navin Ramgoolam, antan ki Premie minis ek sef di gouvernma, bizin aret koz gran gran diskour ek pass a l’aksyon… Nou perplex ek so discours dan St Régis, dan Morne… Si li vrema pe trouve ki bann ti travayer pe gagne saler derizwar ek pe gagne fou deor brit brit pou bann rezon ekonomik alor ki bann gro saler pa gagne okain traka, ki ampes li, an tant ki Premier minis ek sef di gouvernma, amenn bann amandma dan l’Employment Rights Act (ERiA) ek l’Employment Relations Act (EReA) pou ki sa bann dominer-la arete ? », a lancé Reeaz Chuttoo, lors d’une rencontre de la Platform kont lalwa travay anti-travayer ce matin au siège de la Fédération des travailleurs unis (FTU), Port-Louis, pour annoncer une manifestation samedi prochain à Rose-Hill pour protester justement contre ces deux lois du travail. Il était entouré des syndicalistes Atma Shanto, Venoo Ramsamy et Ayle Duval, entre autres.
« Avec les amendements que le ministre du Travail, Shakeel Mohamed, se propose de faire adopter à la prochaine rentrée de l’Assemblée nationale, Navin Ramgoolam a là une occasion rêvée de cesser de faire de grands discours, de passer à l’action et soutenir les travailleurs du pays et ceux de l’hôtellerie en particulier », a poursuivi Reeaz Chuttoo. Il n’a pas manqué de dénoncer « les licenciements abusifs » actuellement en cours à l’hôtel Le St Géran.
Reeaz Chuttoo a aussi cité le cas de ces 10 000 travailleurs de l’industrie sucrière, employés par des petits planteurs, qui depuis 1994 attendent en vain une révision de leurs salaires et autres conditions de service. « Se Navin Ramgoolam ki Premie minis ek sef di gouvernma, ki fer li pa aret koze ek li pass a lak pour protez sa bann milie ti travayer ki li dir li anvi proteze ? », s’est-il encore demandé.
Parlant des amendements à l’ERiA et l’EReA que les syndicats ont pu repousser en décembre dernier grâce à leur unité et leur combativité, le syndicaliste a affirmé qu’ils ne sont « que la cerise sur le gâteau ». « Gato-la finn fini kwui depi 2008 kan ti pass l’ERiA ek l’EReA, ki finn vinn tir tou bann drwa ki travayer finn gagné apre de zenerasyon et de zenerasyon de lutte ! », s’est-il indigné. « Et ki san-la ki Premie minis kan ti pass sa de lalwa-la, sinon Ramgoolam li-mem ? », s’est-il écrié.
Reeaz Chuttoo a affirmé que la promulgation de l’ERiA et l’EReA est « une politique délibérée du gouvernement Ramgoolam pour déréglementer les lois du travail et affaiblir les syndicats afin d’attirer plus facilement des investisseurs à Maurice à n’importe quel prix ». « Depi 2006 ena enn High Powered Committee sou la prezidans du VPM le Dr Rashid Beebeejaun pou amande les lois du travay ek diskisyon fer dan Board of Investment, sous les direktiv du Financial Secretary, Ali Mansoor, pou ki atir investisseurs à n’importe kel prix, mem si bizin kraz travayer », a-t-il argué.
C’est dans ce contexte, a soutenu le syndicaliste, qu’il faut que les travailleurs du pays viennent manifester samedi prochain leur colère à Rose-Hill pour envoyer « signal fort » au gouvernement. « Bizin ki bann trayer vinn en gran nombre pou fer gouvernement realiser ki so lintere trouve kot lintere travayer ete et non kot lintere patron », a-t-il expliqué. « Nou priorite se dan linite parmi bann travayer pou fer gouvernma rekile ek sa de lalwa anti-travayer-la, ek vinn ek bann amandman ki protez vrema travayer ! », a-t-il insisté.