(CMT) de Phoenix a engendré une grève généralisée des ouvriers bangladais. Cette dernière, qui exerçait depuis novembre 2014 comme Sewing Operator, est en effet portée manquante depuis jeudi dernier. Certaines sources soutiennent que les grévistes, qui refusent de prendre le travail depuis 8h ce matin, sont environ 150, tandis que d’autres évoquent le chiffre d’un millier et plus.
Le syndicaliste Faizal Ally Begun, qui présidait une réunion avec ces derniers, déclare que les Bangladais ne veulent pas reprendre leur travail. « Zot pe exige ki retrouvre zot kamarad pou ki zot rekoumans travay. Mo pe explik zot ki travay la polis sa », souligne-t-il au Mauricien. Plusieurs unités de la police, dont la Divisional Supporting Unit (DSU) et l’Emergency Response Service (ERS), comprenant de hauts gradés de la Central Division, font le va-et-vient dans l’enceinte de la CMT.  Aucun incident n’était cependant à déplorer à la mi-journée.
Selon les renseignements glanés auprès des policiers, Nazma Akter aurait disparu depuis jeudi dernier. Elle aurait déclaré aux responsables de son unité qu’elle ne se sentait pas bien et aurait été de ce fait autorisée à demeurer dans son dortoir. Or, elle aurait tout simplement disparu sans laisser de trace. Un avis de disparition a alors été consigné le lendemain par la direction au poste de police de Phoenix.
Toutefois, à ce jour, la Bangladaise demeure toujours introuvable. Les enquêteurs mandés sur les lieux soutiennent qu’ils n’ont à ce jour aucune piste et ne savent pas où Nazma Akter peut bien se trouver. Il n’est pas exclu que la police diffuse un communiqué pour un appel à témoin. Des officiers du ministère du Travail et des Relations industrielles ont également été dépêchés sur les lieux. Mais les grévistes ne veulent lâcher prises et se disent déterminés à poursuivre leur mouvement de protestation. Le Mauricien a vainement tenté de contacter le Managing Director (GM) François Woo, sa secrétaire ayant indiqué qu’il était absent du bureau.