Depuis dimanche la National Coast Guard de la Northern Division est sur la brèche avec la disparition du skipper du trimaran Equinoxe, Moteelall Soodun (58 ans), qui a fait une chute en fin de matinée dans les parages de l’île Plate. Les recherches en vue de retrouver cet habitant de Grand-Baie se sont avérées vaines jusqu’ici alors que les neuf occupants du bateau ont regagné la terre ferme le même jour. Les opérations délicates, menées hier dans des conditions extrêmement difficiles – notamment le mauvais temps et une nette détérioration de la mer –, se sont poursuivies ce matin.
Selon les informations recueillies dans les milieux autorisés, l’OPS Room de la National Coast Guard (NCG) a reçu un appel de détresse dimanche à 11 h 35 l’informant que le trimaran Equinoxe était en difficulté dans les parages de l’île Plate. Son skipper, Moteelall Soodun, était tombé par dessus bord, laissant le bateau sans aucun contrôle ; la vie des neuf passagers, six touristes français et trois mauriciens, était en danger. La division des garde-côtes du Nord devait être immédiatement mise en « high alert ».
Les éléments de la NCG de Grand-Baie et de Trou-aux-Biches ont été dépêchés sur les lieux pour enclencher les opérations de sauvetage et de recherche. Dans un premier temps, deux heavy duty boats et un defender boat ont été déployés. Les secouristes devaient également obtenir un soutien aérien de l’hélicoptère de la police Fennec.
Repéré par un des heavy duty boats dans les environs de l’île Plate, le trimaran qui était à la dérive avec les neuf occupants a été remorqué vers le rivage. La tâche des éléments de la NCG a toutefois été plus ardue en ce qui concerne le skipper de l’Equinoxe, un habitant de Camp-Carol à Grand-Baie. Les recherches ont été menées jusqu’à 18 h 40 dimanche, soit à la tombée de la nuit, mais en vain. Hier matin, les opérations qui ont repris dans les parages de l’île Plate et îlot Gabriel, se sont avérées une fois de plus infructueuses. À la mi-journée aujourd’hui, soit un peu plus de 48 heures depuis sa disparition, Moteelall Soodun était toujours introuvable. Dans l’éventualité où les recherches ne donnent rien dans les prochaines 72 heures, la possibilité de voir la NCG abandonner les opérations n’est pas à écarter.
Par ailleurs, les éléments de la NCG affectés à Rivière-Noire ont été informés dimanche vers 14 h 40 d’un kite surfer russe en situation de détresse au large du Morne. L’équipe déployée a reçu l’aide de l’hélicoptère de la police, le Fennec. En moins d’une heure de recherche, elle a pu localiser le kite surfer, qui a été sauvé à environ 300 mètres des récifs au Morne. « Malgré une mer houleuse et des vents violents, la NCG a tout mis en oeuvre pour réduire au minimum la perte de vies. Le non respect des avertissements de la météo et des conseils en cas de mauvais temps peuvent entraîner des tragédies… », fait-on comprendre dans les milieux autorisés.