Photo illustration

Un collégien de 16 ans a eu le bras fracturé hier après une dispute avec un receveur d’autobus qui lui a demandé de payer son ticket. Les faits ont eu lieu lundi après les heures de classe. Accompagnée de son père de 38 ans, la victime a porté plainte au poste de police de Rose-Belle. L’adolescent, résidant Camp-Diable, avance qu’il portait son uniforme et qu’il attendait le bus à Mon-Rose, Ballisson, après avoir rendu visite à sa grand-mère, à sa sortie du collège.

Le collégien est alors monté à bord d’un autobus de la flotte individuelle pour rentrer chez lui. Lorsqu’il a présenté son “bus pass” au receveur, celui ci a exigé qu’il paye pour le trajet. Étant donné que son collège se situe dans un faubourg de la capitale, le receveur a estimé que c’est à la gare Victoria qu’il aurait dû prendre place. Mais l’adolescent a expliqué avoir dû descendre en cours de route pour des raisons personnelles.

Une prise de bec a ensuite éclaté entre tous deux et le collégien a accepté de descendre du bus au prochain arrêt, soit à Marie-Jeannie, car il n’avait pas d’argent sur lui. Mais alors qu’il s’apprêtait à descendre, le receveur lui a fait une remarque désobligeante, soutenant qu’il devait demander la charité avant de monter dans un bus. Alors que le jeune homme est arrivé près de la porte pour descendre, le receveur aurait lancé au chauffeur : « Kontinye roule mem, nou al stasion lapolis. » Le chauffeur a brusquement démarré et, ce faisant, le collégien a perdu l’équilibre et est tombé sur l’asphalte, se fracturant le bras. Selon lui, le bus ne s’est pas arrêté.   

Le jeune garçon a dû appeler son père, qui l’a emmené à l’hôpital Nehru. Le personnel soignant lui a recommandé de ne pas se rendre à l’école pendant deux semaines. La victime a présenté le certificat médical à la police avant de donner des détails sur le bus en question, notamment son numéro de plaque d’immatriculation. Si pour le moment la police traite ce cas comme un accident de la route, elle n’écarte pas la possibilité de loger une autre charge contre le chauffeur et le receveur. Ces derniers ont été convoqués pour des explications. L’enquête se déroule sous la supervision de l’ACP Ramsurrun.