Pour dénoncer le « parti pris » et les « conflits d’intérêts » au concours Disques de l’année, catégorie locale, organisé par une radio privée, un groupe d’artistes a décidé de se retirer. Ces chanteurs estiment que la participation d’une animatrice de la même radio à ce concours est « contre l’éthique ». Ils dénoncent aussi le fait que certains titres bénéficient d’une « bonne promotion » à l’antenne alors que d’autres ne sont jamais diffusés.
Dalon (Bal Makatia), Dr Boyzini (Mon cheval), The Clarisse Sisters (Papitou), Shev (Mobelo), Ashley Pereira (Lamour sincere) et Métisse Vibes ne veulent plus faire partie du concours Disques de l’année, catégorie locale, organisé par une radio privée. Ils ont envoyé un courriel à la direction de la radio samedi dernier et comptent remettre une lettre en main propre cet après-midi.
Cette initiative fait suite à post lancé sur Facebook par Joyce Veerasamy. Un débat sur le sujet s’est tenu pendant plusieurs semaines avant que six artistes décident de se retirer du concours. D’autres pourraient leur emboîter le pas dans le courant de la semaine. Sollicité sur la question, Joyce Veerasamy explique : « C’est l’expression d’un ras-le-bol. On ne peut lancer trente partants dans une course et dix d’entre eux ont les pieds liés. Car c’est justement ce qui se passe dans ce concours puisque certains artistes ne sont jamais programmés à l’antenne. J’ai pris cette initiative pour dénoncer une injustice. Beaucoup d’autres artistes sont solidaires de cette démarche même s’ils ne peuvent, pour des raisons pratiques, se retirer du concours. »
Comme chaque année, les différentes radios de l’île ont fait une sélection des chansons sorties cette année pour leur concours. Mais les artistes reprochent à la radio concernée de faire un « build up » en faveur de deux titres en particulier à travers une « programmation à outrance. » Ils regrettent que The Prophecy, avec Nou pou sirmonte, « favori logique », n’ait pas droit au même traitement. Ainsi estiment-ils qu’il est grand temps de « mettre un frein à ces pratiques. »
Les artistes contestataires sont aussi d’avis que les chanteurs travaillant comme animateurs dans des radios ne devraient pas avoir le droit de programmer leurs propres chansons, par souci d’éthique.
S’il est vrai que la politique de « programmation non équitable » existe dans toutes les radios depuis longtemps, les artistes disent avoir agi dans ce cas précis car « ils en font un peu trop. »
Nous avons essayé en vain d’avoir une réaction de la radio concernée sur cette affaire.