Serait-ce un appel du pied ou une bande-annonce? Les jours à venir nous le diront. En tout cas, Joe Lesjongard n’est pas passé par quatre chemins, lors d’une conférence de presse des dissidents du MMM au St Georges, hier, pour évoquer « des démissions à venir au MMM et non des moindres. » Il a même rappelé que « Steve Obeegadoo et Kavi Ramano ont déjà indiqué leur position », avant de citer les noms d' »Alan Ganoo, Atma Bumma, Zouberr Joomaye et Veda Baloomody », dont il dit « mettre chacun devant leurs responsabilités » et assure que « les jours à venir seront très importants pour le groupe des dissidents du MMM. »
« Semaine après semaine, les faits le démontrent: le MMM est en plein déclin. Sa base a été ébranlée et il faut aujourd’hui sauver le Soldat Lalit Militant. » C’est l’analyse effectuée par les dissidents du MMM qui soutiennent que « les démissions se poursuivront chez les mauves où il est évident que « militants inn plein ek Paul Bérenger » qui est dans l’incapacité d’imposer son leadership. »
Revenant sur les événements qui ont touché le MMM, ces derniers temps, Joe Lesjongard estime que « aujourd’hui, c’est clair que Paul Bérenger est dépassé et n’inspire plus confiance. » Ses défaites consécutives en 2005, 2010 et 2014 pèsent lourd.
Selon lui, « il est temps que le leader du MMM prenne sa retraite et nous laisse travailler. » Il explique que les dissidents du MMM sont actuellement sur le terrain et travaillent sur le calendrier de leurs activités politiques en se préparant aussi à aller aux Municipales. Ils veulent ainsi passer le message à ceux qui croient en la philosophie du Militant, « qu’il y a autre chose que Paul Bérenger. »
Joe Lesjongard a indiqué que son groupe travaille dans les circonscriptions 8, 11 et 12.  Il dit s’attendre à ce que les responsables des circonscriptions 14, 16, 17 et 18 viennent donner un coup de main aux dissidents du MMM qui ont la volonté de reprendre le flambeau mauve avec l’engagement formel de changer la situation.
Interrogé par Week-End sur d’éventuels pourparlers avec Alan Ganoo, Zouberr Joomaye, Veda Baloomody – qui participaient, hier matin encore, à la conférence de presse du MMM – et Atma Bumma, Joe Lesjongard s’est montré énigmatique et a laissé entendre que « les jours à venir nous le diront. »
Dev Ramnah et Soodesh Roopun, également démissionnaires du MMM, ont « démenti avec force les rumeurs qui veulent faire croire qu’on a pris nos distances des camarades démissionnaires et que nous sommes en pourparlers avec le secrétaire général du MMM pour discuter de notre avenir politique. »
L’ancien speaker de l’Assemblée nationale dénonce, ainsi, « une campagne savamment orchestrée contre lui et Soodesh Roopun » pour, selon lui « créer la division et tenter de déstabiliser et nuire au groupe des dissidents du MMM. »
Il a été rejoint dans ses propos par Soodesh Roopun qui lance un appel à ceux qui ont toujours cru dans les valeurs militantes de se joindre aux dissidents du MMM, avec qui « l’avenir est », selon Joe Lesjongard.
Budget: « Manque de conviction et de dynamisme »
Un autre volet de la conférence de presse a été consacré au budget 2015/2016 dont Joe Lesjongard a trouvé qu’il « manque de fighting spirit. » Selon lui, le budget du vice-Premier ministre et ministre des Finances reflète « l’état d’esprit de Vishnu Lutmeenaraidoo, qui est entouré d’une équipe un peu dépassée. »
Dans leur analyse, les dissidents du MMM pensent que le budget de l’Alliance Lepep ne rassure pas la population sur des sujets de préoccupation nationale comme l’emploi et la consommation. « Nous constatons que sur la lutte contre la pauvreté, le ministre joue le rôle de Ponce Pilate. Il donne l’impression que l’État se décharge de cette lutte », dit Joe Lesjongard. Insistant sur le manque de conviction et de dynamisme du budget, il indique qu’il s’attendait à plus du gouvernement.  Il a aussi évoqué les changements à venir concernant le Local Government Act, disant espérer que le gouvernement viendra avec une loi qui ira dans le sens de la décentralisation et de l’autonomie des Collectivités locales.
Abordant l’affaire Ponzi Scheme qui fait l’actualité, les dissidents du MMM demandent au gouvernement de s’intéresser aux enquêtes précédentes sur l’affaire White Dot et Sunkai.
Jean Claude Barbier est, lui, revenu sur le dossier Chagos, se disant « étonné que Paul Bérenger qui a été très critique de la démarche de l’ancien Pm, tente de récupérer la situation au Parlement et se propose même pour être sur le comité. » Il a exprimé la solidarité des dissidents du MMM avec la communauté chagossienne.