Cela fait plusieurs mois que le pays vit au rythme de la politique. Plusieurs secteurs de l’économie et du social hésitent à avancer, attendant la mise en place du prochain gouvernement. D’où le souhait que les choses aillent vite afin que le Parlement puisse reprendre ses travaux et que le pays puisse enfin commencer à respirer sereinement.
Le Parlement, qui était en vacances depuis de longs mois, a été dissous le lundi 6 octobre. Le pays est officiellement entré en campagne électorale. Les citoyens engagés dans plusieurs domaines souhaitant voir les choses bouger afin que le pays puisse de nouveau fonctionner normalement. Mais on ne sait toujours pas quand auront lieu les élections générales. Navin Ramgoolam laisse durer le suspense…
Recueillies par Scope, les requêtes en ce début de semaine se rejoignent : “Ma principale attente désormais est que les élections soient organisées dans le plus bref délai. On ne pouvait plus continuer comme cela”, souligne Eddy Sadien, travailleur social. “C’est une bonne chose que le Parlement ait été dissous. Nous étions dans une situation malsaine qui a trop duré. Maintenant, le pouvoir est entre les mains du peuple”, soutient Ashok Subron de Rezistans ek Alternativ. Pour leur part, Leela Devi Dookhun-Luchoomun du MSM et Lindsey Collen de Lalit disent attendre avec impatience la publication du Writ of Elections.