Le 14e Salon international du livre insulaire portait cette année sur le thème « Caraïbes, récits et récifs ». Cela n’a bien sûr pas empêché le jury en charge des prix littéraires de s’intéresser aux auteurs de l’océan Indien puisque le dernier roman de Carl de Souza, En chute libre, y a été distingué dans la catégorie Fiction. Le Grand prix du livre insulaire est quant à lui revenu à l’auteure cubaine Karla Suarez pour La Havane, année zéro, traduit de l’espagnol par François Gaudry et paru chez Métailié.
Le salon du livre insulaire d’Ouessant, qui est devenu le rendez-vous des écrivains des îles en Europe, a pour principe de reconnaître toutes les catégories de livre et tous les genres littéraires, du roman au polar en passant par le livre d’histoire, l’essai scientifique, etc. Aussi, à côté du grand prix qui récompense cette année la littérature cubaine à travers Karla Suarez et qui peut être décerné à toutes sortes de livres, il propose une série de prix spécialisés par catégorie qui ont eux aussi le mérite de relancer l’attention du public et des médias sur un ouvrage. Très heureux de cette récompense, Carl de Souza venait d’apprendre qu’il l’avait reçue lorsque nous l’avons contacté mardi, nous confiant qu’il avait été « vaguement informé » qu’il était en lice dans le contexte de ce salon.
En chute Libre, son dernier roman paru chez L’Olivier fin 2011, entraîne le lecteur dans l’univers du badminton et de la compétition sur les pas de Jeremy Kumarsamy, ancien champion international, revenu au pays natal à cause d’une blessure mal soignée. Il retrace son parcours depuis l’enfance, avec ses drames, ses réussites et ses failles. Revenu au pays après quinze ans passés en Angleterre, Jeremy se repose sous la veranda de la maison familiale face à la mer. Il est soigné par sa mère Ivy, femme énergique et dévouée, tandis que le jardinier et homme à tout faire, Alaiarasan, est là pour la seconder. Inspiré par ces lieux qui l’ont vu grandir, Jeremy revit les moments clés de son enfance, dans les années soixante jusqu’aux péripéties vécues dans le milieu du sport international auquel il n’était pas toujours adapté.
Le Salon international du livre insulaire s’est tenu cette année du 17 au 21 août, sur l’île d’Ouessant au large de la Bretagne en France, comme toujours depuis ses débuts.